La Fédération

par Christophe GACHE le Mardi 5 Décembre 2017 à 11:41


Le MRC 30 apporte un soutien TOTAL et INCONDITIONNEL aux Pompiers du Gard
Un engagement financier des communes gardoises nécessaire et incontournable afin de sauver notre Service Départemental d'Incendie et de Secours. 

Peu importe les calculs d’apothicaires que certains peuvent faire, il faut coûte que coûte que les pompiers du Gard puissent accomplir de manière digne et convenable leurs missions. Un ensemble de missions de préventions, d’aides et de secours au profit de l’ensemble des citoyens du département et au service du bien commun.
Certes la baisse des dotations de l’Etat à destination des communes a plombé certains budgets, mais il y a encore des comptes de « provisions » que les communes gardent, à juste titre, en cas de coups durs. Il faut que cet argent trouve son utilité car l’action des Services d’Incendies et de Secours est de toute première importance.

La population augmente et donc mécaniquement, il faut que les effectifs des pompiers du Gard augmentent aussi. Les pompiers sont payés en moyenne moins de 5 euros pour une heure d’astreinte, tout ceci n’est pas normal ! Ils doivent bénéficier de conditions de rémunérations décentes. Au niveau du matériel, il y a un retard énorme à rattraper… Que les plus récalcitrants se rassurent, une fois que l’effort sera fait et que le niveau et la qualité d’équipement sera enfin correct, l’effort financier demandé aux communes sera de moindre mesure.

Enfin, la société française et la population gardoise doivent faire face à une certaine crise des vocations en ce qui concerne le recrutement de pompiers volontaires mais aussi professionnels. En fonction de leurs moyens, les communes gardoises doivent pleinement s’impliquer afin de renverser cette situation qui impacte déjà la vie et le bien-être de nos territoires.  

La Fédération

par Christophe GACHE le Mercredi 22 Novembre 2017 à 10:55


​A partir de janvier 2018, en guise d’embrassade du nouvel an, les salariés français recevront le « Baiser de la Mort » de la part de leur nouveau Président de la République. Emmanuel MACRON va donner le « bécot » mortel aux français en s’attaquant aux sommes allouées au financement des principes de solidarité (retraite, maladie et chômage) qui fondent notre république. Des principes de solidarité datant de 1945 et hérités des travaux du Comité National de la Résistance (C.N.R).


Dans le Gard comme partout en France, une République En Marche vers la fin de son modèle social !
Ce baiser va d’abord avoir un goût très agréable pour des millions de salariés, en effet la hausse de la CSG va être totalement compensée par la suppression des cotisations maladie et chômage, il va même y avoir une augmentation du salaire net. Cette bonne nouvelle en matière d’augmentation de pouvoir d’achat pour les salariés (bonne nouvelle en premier lieu pour les hauts salaires) cache la fin programmée du principe de solidarité ainsi qu’un appauvrissement des plus précaires, c’est donc un arrière-goût vicié que beaucoup de français auront en bouche.
                                                                                                              
En  effet, la suppression des cotisations maladie et chômage décidée par la majorité présidentielle aura comme conséquence un tarissement des fonds alloués aux indemnités des sans-emplois et des salariés en maladie, en ponctionnant à la fois les montants et les durées d’indemnisation.   
                                                                                                                                                                  
Dans le Gard, département où le revenu médian est de 1501,66 euros (source Insee), la présidence MACRON a des effets dévastateurs. De plus, au plus grand plan social que n’est jamais connu notre département avec la suppression de plusieurs milliers de contrats aidés, s’ajoute une paupérisation des classes moyennes. Dans le département du Gard, Le taux de chômage toutes catégories confondues est de plus de 18 % et le nombre de bénéficiaires du RSA ne cesse d’augmenter.
                                                                                                                                                                           C’est un modèle social à l’américaine qui est entrain d’être instauré dans notre beau département comme partout ailleurs en France. Malheur à ceux qui sont stigmatisés comme des  « fainéants » sans emploi ou à la retraite, des jours sombres se profilent ! En matière de santé, la carte de crédit pour recevoir des soins de qualité va doucement prendre le pas sur la carte vitale.
C’est donc une République En Marche vers la fin du modèle social de solidarité que nous connaissons depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et que le monde entier nous envie. 

La Fédération

par Christophe GACHE le Lundi 26 Juin 2017 à 12:21


C’est la fausse bonne idée de l’année que vient de prendre la ville d’Alès ! En effet, la municipalité alésienne a choisi de piétonniser tous les samedis une grande partie du centre-ville. Si au premier abord l’idée semble sympathique, lorsque l’on réfléchit deux secondes et lorsque l’on connait les problèmes récurant de stationnement dans la cité cévenole, cette décision est d’une stupidité absolue notamment pour le commerce alésien.


Piétonnisation du centre-ville d’Alès le samedi : Un clou de plus sur le cercueil des commerçants
Le casse-tête du stationnement qui décourage de plus en plus de clients et de citoyens

Se garer (et se garer hors tarif Vinci) en centre-ville d’Alès demeure parfois un véritable exploit et notamment le samedi matin, jour de marché. Tout ceci décourage de plus en plus de consommateurs qui préfèrent aller en périphérie faire leurs courses et donc dépenser l’argent qu’ils auraient pu dépenser auprès des commerçants alésiens. Le centre-ville se meurt, les commerces ferment les uns après les autres, mais qu’à cela ne tienne... un subtil turn-over des enseignes est prévu pour que cela ne soit pas trop visible.  
                                                                                                                                                                                  Hors contexte commercial, les citoyens qui doivent se rendre chez des professionnels de santé localisés en centre-ville vont devoir se garer très loin pour avoir accès aux locaux de ces derniers. Il en va de même pour les habitants du cœur de ville qui reçoivent de la famille ou des amis, avec la piétonisation, ces derniers vont devoir se garer au diable vauvert (ne parlons pas des personnes âgées et de ceux qui ont des difficultés pour se déplacer).
 

La Fédération

par Christophe GACHE le Samedi 6 Mai 2017 à 16:29


Venez nous rencontrer !


En route pour les législatives 2017

La Fédération

par Christophe GACHE le Mardi 4 Avril 2017 à 11:14


Les friches ludiques et économiques de l'agglomération d'Alès
Pendant que certains se réunissent dans le cadre des Etats Généraux du cœur de ville d’Alès, d’autres constatent qu'il y a des friches ludiques et économiques qui sont situées en périphérie.

 

Il y a encore quelques mois, Alès Agglomération avait le projet faramineux de développer un golf de 18 trous à Saint Hilaire de Brethmas, un projet élitiste dont peu d’habitants de l’agglomération auraient pu profiter. La présidence de l’agglo a pris acte et s’est émue de la décision de rejet de ce projet de golf suite au référendum local qui a eu lieu, par contre elle a beaucoup plus de difficultés à s’émouvoir de la fermeture et de l’abandon du Club de Deaux avec notamment une piscine et un mini-golf qui sont entrain de se délabrer. 

     

Loin d’être un dossier conflictuel, le rachat ou la préemption de ce site touristique et ludique pourrait satisfaire tout le monde et cela permettrait la création de quelques emplois.

 
A quand les Etats Généraux de la périphérie du cœur de ville d’Alès ?
1 2 3 4 5 » ... 18
Dernières actualités du MRC