Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Jeudi 16 Avril 2015 par Mouvement Républicain et Citoyen


A télécharger en bas de page au format PDF et à imprimer.


Bulletin d’adhésion au MRC (2015)
Bulletin à retourner accompagné du chèque à l’ordre de l’AFMRC au :

MRC - 3 avenue de Corbéra - 75012 Paris

Le service adhésions vous confirmera par courrier votre adhésion sous 15 jours

http://www.mrc-france.org/docs/adhesion.pdf Adhesion 2015


Actualités

I Publié le Jeudi 16 Avril 2015 par Mouvement Républicain et Citoyen

Mots-clés : parti socialiste

Dépêche AFP, jeudi 16 avril 2015.


Rencontre PS-MRC dans le cadre des consultations avec les partenaires de gauche
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a reçu mercredi une délégation du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), dirigée par son président Jean-Luc Laurent, les deux étant convenus d'"ouvrir de nouvelles perspectives à gauche et de la rassembler", a-t-on appris jeudi.

Ces discussions entrent dans le cadre des consultations entamées par le responsable socialiste avec les partenaires de gauche au lendemain des départementales, marquées par de fortes divisions à gauche.

Les discussions "ont porté sur la situation politique du pays, l'agenda des réformes, les relations qu'entretiennent ces deux formations politiques, et les éventuelles initiatives qu'il conviendrait de prendre en commun", selon un communiqué du PS.

"Cette démarche est légitime. Jean-Christophe Cambadelis invite les forces de gauche à redonner du sens au combat de la gauche et à débattre à deux ans de l'élection présidentielle", a salué Jean-Luc Laurent auprès de l'AFP.

"C'est d'autant plus légitime que nous avons des désaccords profonds sur la politique économique la politique européenne et sur l'euro", a-t-il expliqué.

"Mais nous avons aussi des adversaires communs et notamment Nicolas Sarkozy qui veut s'approprier la République qui ne lui appartient pas", a ajouté M.Laurent.

"Avant de parler d'alliances futures, nous devons nous poser la question du fond", a-t-il dit.

Le PS et le MRC de Jean-Pierre Chevènement sont "convenus de poursuivre ces échanges dans les semaines qui viennent".

Jean-Christophe Cambadélis s'est déjà entretenu dans ce cadre notamment avec Europe Ecologie-Les Verts (EELV), le Parti radical de gauche (PRG) et le Front démocrate de Jean-Luc Bennahmias.

-------------------

Actualités

I Publié le Mardi 14 Avril 2015 par


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, mardi 14 avril 2015.


A part la famille Clinton, aucune famille ne peut rivaliser avec l’abondante couverture médiatique accordée aux Le Pen et leur entreprise politique. Au cours de la querelle de famille, qu’elle se déroule avec Jean-Marie Le Pen dans « Rivarol » ou aujourd’hui avec Florian Philippot dans les colonnes de « GQ », il arrive régulièrement que des mots d’oiseaux soient échangés, et parmi ceux-ci un mot qui m’est familier : « chevènementiste ».

M.Philippot, le fondé de pouvoir de l’héritière, utilise régulièrement ce qualificatif comme gage de son honorabilité et de sa respectabilité. A l’inverse, le patriarche reste fidèle à la culture politique de l’extrême-droite et l’utilise comme insulte, et pour ôter toute ambiguïté l’associe avec une autre infamie « le marxisme ».

Camarade de Jean-Pierre Chevènement depuis 1976, président du Mouvement Républicain et Citoyen depuis 2006, directeur-adjoint de la campagne présidentielle Chevènement 2002, je pense avoir une idée assez claire de ce qu’est l’engagement chevènementiste.

Les convictions qui nous animent n’ont rien à voir avec l’ancien Front National factieux, rien à voir avec le Front National pseudo-républicain d’aujourd’hui et rien à voir avec le possible futur parti conservateur populiste dont rêve Madame Maréchal-Le Pen.

La vérité du programme lepéniste, c’est la guerre civile : contre les immigrés, contre « les Français de papier » au nom du droit du sang et contre nos compatriotes musulmans jugés inassimilables. La singularité, l’identité profonde du Front National est là. Sur toutes ces questions, le Front National est en rupture avec la tradition républicaine. Le reste est secondaire.

Le Front National n’a le monopole ni du souci de la souveraineté nationale ni de la critique radicale de la monnaie unique et ni d’une aspiration à un changement de cap en Europe. Malheureusement, le consensus sur ces questions est très fort dans les trois principaux partis (PS, UMP, UDI). Toutefois, dans tous les rangs, des voix singulières existent, chez les socialistes, chez les communistes, chez les écologistes, chez les radicaux, chez les « gaullistes »…laisser croire que sur ces questions fondamentales le Front National aurait le monopole du désaccord est un mensonge.

Le FN est fort de ses succès électoraux et il entend pousser son avantage en prétendant au monopole de la critique de nos abandons Sommes-nous obligés de tomber dans son jeu ? Nous n’avons pas le droit de le laisser faire un lien entre crise identitaire et crise de la souveraineté politique sans réagir et sans rappeler le sens de l'identité républicaine de la France qui rejette la nation ethnique et affirme la nation citoyenne.

Question de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, à Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics, lors de la séance de questions au Gouvernement du 14 avril 2015.


Jean-Luc Laurent
Monsieur le ministre des finances et des comptes publics, la Banque centrale européenne – BCE – mène depuis maintenant un mois une politique d’assouplissement quantitatif qui consiste à racheter des titres de dettes publiques pour, entre autres, lutter contre la déflation qui menace l’Europe.

La BCE a bien des défauts – le Mouvement républicain et citoyen la critiquait avant même sa naissance – mais son président, M. Mario Draghi, a pris par deux fois la mesure de la crise, en mettant fin à la spéculation sur les dettes publiques en 2012 et, aujourd’hui, en affrontant le risque déflationniste.

L’assouplissement quantitatif a même favorisé une baisse de l’euro, qui se rapproche de la parité avec le dollar – sous l’effet, aussi, de la politique monétaire américaine. Les effets de cette politique sont incertains ; la situation est très contrastée, les bons indicateurs se mélangent aux mauvais.

À l’évidence, l’assouplissement quantitatif ne suffira pas. Pour le dire simplement, l’Europe mène une politique monétaire trop expansionniste tout en conservant des politiques budgétaires absurdement corsetées par le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance – TSCG – et verrouillées, au niveau continental, par la droite allemande.

Plus que jamais, il faut regarder la réalité en face : les économies européennes divergent, alors que les traités étaient supposés organiser leur convergence. Le réel, on s’y cogne, et l’Union économique et monétaire, avec sa politique unique, se cogne à la réalité économique, ainsi qu’à la réalité démocratique – comme en Grèce.

Pour tous les citoyens, le silence de la France est souvent assourdissant. Alors, monsieur le ministre, qu’en pense la France, au moment où il est question, non pas d’une sortie de l’euro, mais de la dissolution de la zone euro ?

Actualités

I Publié le Mardi 14 Avril 2015 par

Mots-clés : santé

Communiqué de Christian Hutin, député du Nord et vice-président du MRC, mardi 14 avril 2015.


Les 3 députés du Mouvement Républicain et Citoyen approuveront le projet de loi de modernisation du système de santé, soumis au vote cet après-midi.

Nous soutenons l’ambition première de ce texte : réduire les inégalités d’accès à la santé. La réaffirmation de la lutte contre les refus de soins, l’encadrement des tarifs de certains frais médicaux et surtout la généralisation du tiers payant sont autant des mesures de justice que de bon sens.

Par une réécriture intégrale de l’article 18, la Ministre a su tenir compte des inquiétudes des médecins. Le nouveau dispositif lève les obstacles à la mise en œuvre du tiers payant généralisé en prévoyant une entrée en vigueur progressive d’ici 2017 et en introduisant une garantie de paiement sous sept jours. Il a appartient à présent à la Ministre de rester à l’écoute des professionnels durant tout le processus de mise en œuvre.

L’égalité dans l’accès à la santé passe également par une meilleure répartition sur notre territoire de ces médecins généralistes, premiers interlocuteurs de nos concitoyens et véritables piliers de notre modèle républicain de santé. A cet égard, la seule mise en place d’un pacte national ne semble pas être une solution à la hauteur du lourd problème des déserts médicaux. Nous appelons le gouvernement à faire preuve de plus de volontarisme en la matière.

Intervention de Marie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne et 1ere vice-présidente du MRC, à la tribune de l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi Renseignement, lundi 13 avril 2015.


Madame la présidente, madame la ministre, messieurs les ministres, madame la présidente de la commission, monsieur le rapporteur, monsieur le rapporteur pour avis, mes chers collègues, nous voici dans un débat à double portée. En effet, ce projet de loi résulte d’abord d’un travail de longue haleine sur le fonctionnement des services de renseignement, travail dont il faut féliciter le président Urvoas, rapporteur de ce texte, ainsi que notre collègue Patrice Verchère. J’espère qu’ils n’ont pas découvert une grotte Chauvet d’où s’échapperont des bisons et des créatures fantastiques, mais cette mise au jour était très profondément utile en termes de transparence démocratique. Car pour se préserver, une démocratie, qui ne peut pas tout dire, tout dévoiler, doit prévoir les mécanismes par lesquels elle entend contrôler ceux-là mêmes qui ont, dans l’ombre, la charge de la préserver. C’est un paradoxe qu’il faut assumer.

Mais le texte poursuit également un autre objectif : un objectif d’efficacité républicaine. Il s’agit de compléter les deux lois sur le terrorisme qui ont développé des moyens de police administrative et de répression pénale en les complétant par de nouveaux moyens donnés aux services de renseignement, des moyens convenant à un État de droit mais aussi au principal défi qui se pose aujourd’hui à nous, celui, bien sûr, du terrorisme.
1 2 3 4 5 » ... 123
Abonnez-vous à la newsletter



Les parlementaires du MRC
Député du Val-de-Marne
Président du MRC
Députée de l'Aisne
1ère Vice-présidente du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC





Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC