Communiqué de Jean-Luc Laurent, Président du MRC et député du Val-de-Marne, lundi 25 août 2014.


Le Président de la République a demandé au Premier Ministre de constituer un nouveau gouvernement pour mettre en œuvre les orientations de la politique qu'il a fixée. C’est sa responsabilité institutionnelle.

La mise à l’écart du Ministre de l’Economie est une mauvaise nouvelle. Arnaud Montebourg a raison de critiquer la politique qui est conduite et qui a pris congé du discours du Bourget. Les Français qui se sont mobilisés pour le programme du candidat Président se sentent aujourd'hui orphelins.

Depuis deux ans, le Mouvement Républicain et Citoyen ne cesse de mettre en garde l’exécutif contre le risque de déflation induit par les politiques d'austérité menées simultanément sur l'ensemble du continent européen. En abandonnant l'engagement de la renégociation du traité européen négocié par Nicolas Sarkozy, le gouvernement a fait primer l'équilibre des comptes et l'objectif de 3% de déficit sur le redressement de l’appareil productif, le soutien aux ménages, la croissance et l'emploi. Le MRC a toujours considéré que la politique de réduction excessive des déficits et de la dépense publique, imposée par l'Allemagne et par le TSCG, était une politique sans chances.

Croissance nulle, chômage record, investissements et production industrielle en baisse : les derniers chiffres économiques, qui concernent la France tout autant que les autres pays de la zone euro, y compris l'Allemagne, confirment qu’il y a urgence à changer de cap. Le Président de la République et le Premier Ministre doivent entendre cette nécessité de réorientation radicale de la construction européenne et de lutte contre l'euro trop cher. C'est l'intérêt de la France et de l'Europe que de remettre en cause les politiques d'austérité.

Tribune de Marie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne et 1ere vice-présidente du MRC, co-signée par Pouria Amirshahi (député SRC des Français de l’étranger), Barbara Romagnan (députée SRC du Doubs) et Michel Billout (sénateur CRC de Seine-et-Marne), parue dans l'Humanité, samedi 2 août 2014.


Israël - Palestine : où est la voix de la France ?
Notre pays avait toujours su, du Général De Gaulle à Jacques Chirac en passant par François Mitterrand, faire entendre la voix de la raison qui est celle d’un juste équilibre entre les droits respectifs de deux peuples. Force est de le constater aujourd’hui : le langage que tient notre diplomatie s’éloigne de plus en plus de cet équilibre. L’approbation unilatérale donnée aux actions menées par l’Etat d’Israël l’emporte manifestement sur notre soutien constant au droit international. Ce ne sont pas les légères inflexions de notre langage diplomatique, tardivement intervenues, qui changent le fond de cette politique nouvelle.

Face à la gravité de l’escalade actuelle, la France ne pouvait pourtant s’exonérer de ses responsabilités historiques en se contentant d’accueillir une conférence internationale condamnée à la redite. A chaque étape d’un conflit qui, d’intifada en colonisation, de tirs de roquette en répliques militaires disproportionnées, ne cesse d’aggraver la situation, c’est une action énergique sous l’égide du conseil de sécurité et comportant les sanctions nécessaires qui devait être exigée. Notre pays ne peut davantage se limiter à prendre des mesures de police pour lutter contre une« importation du conflit » sur notre territoire. C’est au contraire sa frilosité dans la défense d’une solution juste, appuyée sur les moyens nécessaires, qui crée sur le terreau sur lequel se développent des ressentiments qui, à leur tour, ne peuvent qu’engendrer des comportements inacceptables et dangereux. Ce cercle vicieux n’existerait pas si la France n’avait, malgré le déséquilibre profond des belligérants, renvoyé ceux-ci dos à dos.

Tracts

I Publié le Vendredi 1 Août 2014 par Mouvement Républicain et Citoyen

Mots-clés : citoyens militants

Téléchargez le dernier numéro en ligne de "Citoyens Militants" (juillet 2014), le bulletin d'information du Mouvement Républicain et Citoyen


Citoyens Militants (juillet 2014) by MRC_France



Le bulletin (7 pages) est disponible ci-dessous au format PDF

citoyens_militants__juillet_2014_.pdf Citoyens militants (juillet 2014).pdf  (2.61 Mo)


Actualités

I Publié le Jeudi 31 Juillet 2014 par Mouvement Républicain et Citoyen


Programme, bulletin d'inscription et aspects pratiques de l'Université de rentrée du MRC qui se tiendra cette année à Caen (Calvados) les 19, 20 et 21 septembre. Inscrivez-vous!



Actualités

I Publié le Vendredi 25 Juillet 2014 par


Communiqué de Marie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne et 1ere vice-présidente du MRC, vendredi 25 juillet 2014.


Le MRC salue la proposition faite par Dominique De Villepin de confier à l’ONU un mandat pour la Palestine, d’autant qu’il avait lui-même fait cette proposition il y a quelques jours.

Face à l'échec répété des États-Unis, l'impuissance de l'Europe et celle du Quartet, la solution au conflit israélo- palestinien ne peut plus passer que par une délégation confiée à l'Onu.

Dans un premier temps, c'est sous mandat onusien que doit être placé le territoire de Gaza.

Dans un second temps c'est à une conférence internationale de permettre la création d'un État palestinien viable et ce par tous les moyens, y compris par le démantèlement des colonies israéliennes créées en violation du droit international.

Par Claude Nicolet, Secrétaire national du MRC en charge de la Citoyenneté et de la Laïcité, jeudi 24 juillet 2014.


Bourse au mérite : quand la gauche trahit une nouvelle fois les classes populaires
L'idée de la suppression de la bourse au mérite revient, très discrètement sur le devant de la scène. En plein mois de juillet, pendant les vacances, quand on peut en prendre. Cette bourse était une bonne idée. Elle fut instaurée en 2009, à l'époque par Valérie Pécresse pour permettre aux élèves méritants, de bénéficier d'un coup de pouce bienvenue d'un montant de 1800 euros par an pour celles et ceux qui avaient décrochés la mention «très bien» au bac. Cette mesure de suppression avait déjà été tentée l'année passée, or devant le tollé qu'elle avait suscité, il avait été décidé de la prolonger d'un an. Autrement dit, de ne pas prendre de décision.

Cependant, selon les chiffres du Ministère, le pourcentage des meilleurs étudiants boursiers en fin de licence est passé de 20 % en 2008 à 10 % en 2010 et à 2,5 % en 2012. Il existe donc un réel problème d'accès des catégories populaires aux strates les plus élevées de la formation universitaire. Ce n'est pas une découverte et qu'il faille revoir le système, c'est une évidence, mais pas au prix du sacrifice de la méritocratie républicaine.

Il est légitime de s'interroger sur le fonctionnement de la sélection des élites de notre pays. C'est même une obligation politique pour tout républicain qui se respecte. Ce qui veut donc dire qu'il est légitime de s'interroger et de se donner les moyens pour que les meilleurs des jeunes français puissent accéder aux meilleurs de nos établissements et de nos formations. Le pays ne peut et ne doit pas se passer de leur talent. La bourse au mérite est aussi un excellent moyen de dire et de signifier, qu'en retour, ils ont le devoir de se mettre au service de leur pays, d'une façon ou d'une autre.
1 2 3 4 5 » ... 102
Abonnez-vous à la newsletter



Les parlementaires du MRC
Sénateur du Territoire de Belfort
Ancien Ministre
Fondateur du MRC
Député du Val-de-Marne
Président du MRC
Députée de l'Aisne
1ère Vice-présidente du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC





Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC