Fédération MRC de Charente-Maritime

Actualités

par Serge MAUPOUET, pour le MRC 17 le Mardi 14 Juin 2016 à 12:54


Communiqué de presse du MRC 17

Une taxe pour renchérir l'accès de l'Ile d'Oléron : qui en sera pénalisé ?

 

    Le Mouvement Républicain et Citoyen de Charente-Maritime prend position et s’associe aux autres associations qui refusent le péage en projet pour le pont de l’Ile d’Oléron, dont le passage est tombé dans le domaine public, et est gratuit depuis le 2 mars 1991.

 

    D'une part, avant toute consultation référendaire, il est nécessaire de connaître et rendre publiques les estimations et projections sur les effets induits par l'instauration de la taxe projetée. C'est dans le cadre d'une vision globale des relations entre l'Ile et le continent que l'impact économique et social d'une telle mesure doit être jaugé. Parmi les évaluations à réaliser, citons les reports de flux touristiques sur d'autres espaces départementaux induits par l'effet barrage de la taxe à l'entrée de l'Ile, les conséquences de ce report sur ce pilier de l'économie de l'Ile qu'est le tourisme, les effets sur le coût des produits de consommation courante pour les îliens, le coup de frein aux échanges permanents entre les habitants de l’Ile et ceux du Bassin de Marennes : impact sur les nécessités de déplacement liées à la santé, sur la vie associative, sur les activités des commerçants et artisans, sur les migrations pendulaires dont celles des jeunes actifs. Des résidents secondaires s'interrogent sur le traitement inégal dont ils pourraient faire l'objet par rapport aux résidents permanents. Plus simplement encore, les visites amicales et familiales seront soumises au paiement de la taxe de passage : rendre moins facile l'accès à leur île, y compris pour leurs cercles proches, est-ce vraiment ce que souhaitent les Oléronais ? Leur donnera-t-on, avant la consultation, l'indispensable vision globale de l'ensemble des problématiques soulevées ?

 

    D'autre part, la récente décision du Tribunal administratif de Poitiers concernant le référendum présenté aux Oléronais ne fait que ralentir la procédure mise en place par la majorité du Conseil Départemental et nombre d’élus de l’Ile d’Oléron pour établir cette taxe nouvelle, sorte de version moderne et à impact élargi de l'octroi ! Le MRC 17 dénonce le rétablissement d'un tel succédané d'octroi, symbole d'un retour en arrière vers des temps qui doivent rester révolus. La question soumise à consultation référendaire sur le droit de passage n'est pas uniquement mal formulée : c’est l’objet du débat qui pose problème. Non seulement, une nouvelle taxe au passage écornerait les principes de libre circulation, d’égalité devant l'impôt, de solidarité à l'échelle du territoire départemental et au sein de cette collectivité. Mais encore, pourquoi faudrait-il qu'un pont, parce qu'il mène sur une île, constitue une exception à laquelle on imputerait un succédané d'octroi qui ne serait accepté sur nul autre passage ? Autre manière de l’écrire : pourquoi faudrait-il ajouter à l’impôt départemental un droit de passage ou une redevance sur un pont spécifique ?

 

    Finalement, l’objet de cette manœuvre pourrait viser à faire de cet espace magnifique un lieu réservé aux populations aisées qu’elles soient à demeure ou en visite. Soyons lucides : la taxe au passage va créer une discrimination par l’argent. Le message en sera à la fois clair et déplorable : visiteurs désargentés, restez hors de l'Ile !


Actualités

par Serge MAUPOUET, pour le MRC SAINTES le Jeudi 31 Mars 2016 à 23:57


Ce jeudi 31 mars 2016, militants et sympathisants du MRC Saintes participent au rassemblement contre la "Loi Travail", à 10h30 devant le Palais de Justice de Saintes, puis au cortège qui défile jusqu'au Pont Palissy d'abord, jusqu'à la sous-Préfecture ensuite.
En voyant les drapeaux du MRC des citoyens viennent à nous pour s'informer.
Par le lien ci-après, prenez connaissance de notre tract national "Loi Travail. L'Europe contre les salariés !" : https://fr.scribd.com/doc/306492687/Tract-Loi-Travail

Actualités

par Serge MAUPOUET, pour le MRC 17 le Mardi 29 Mars 2016 à 13:11


Communiqué de presse du MRC 17
"Conférence-débat :
« Traités transatlantiques : la démocratie sous la contrainte des marchés ? »"

 

     A l'invitation du MRC 17, Michel Cabannes, économiste et ancien Maître de conférences en Sciences économiques à l'Université de Bordeaux IV, animera une conférence-débat : « Traités transatlantiques : la démocratie sous la contrainte des marchés ? », le mardi 5 avril 2016 à Saintes (Salle Saintonge n°5, rue Fernand Chapsal, 20h30).
 

      Les projets de traités transatlantiques négociés par l’Union Européenne concernent les États-Unis (le TAFTA, Transatlantic free trade area) et le Canada (le CETA, Comprehensive economic and trade agreement), le second étant finalisé à la différence du premier. Ils comprennent l’abaissement des derniers tarifs douaniers, mais surtout l’harmonisation des réglementations dans de multiples domaines et le règlement des différents investisseur-État par des tribunaux internationaux. Ces projets s’inscrivent dans un processus de transformation de l’ordre international et d’intégration économique du monde occidental. Le recours à des accords bilatéraux ou régionaux se développe à grande échelle depuis les échecs des négociations commerciales multilatérales à l’échelle mondiale (cycle de Doha). Ces types d’accords récents incluent aussi le plus souvent des mesures en faveur des entreprises qui traduisent la volonté des firmes multinationales de peser de plus en plus sur les choix des États dans le domaine économique.
 

     La démocratie dans le cadre national a déjà subi les contraintes des marchés de manière croissante en raison des mécanismes provoqués par la libéralisation des échanges commerciaux et de la finance au plan international. Mais une nouvelle étape est en train d’être franchie avec ces traités. Indépendamment des conditions opaques de leurs négociations, les projets d’accord transatlantique accentuent des contraintes du fait des dispositions qui donnent aux firmes des moyens juridiques de mettre en cause des politiques qu’elles jugent susceptibles de porter atteinte à leurs intérêts.
 

     Puisque la portée des traités transatlantiques de libre-échange, leurs modalités même de négociation, leurs confèrent des implications profondes sur nos systèmes démocratiques, le MRC 17 souhaite favoriser de larges échanges d’idées sur cette thématique. L'intervention de Michel Cabannes permettra ainsi le débat avec les citoyens présents.

Communiqué de presse du MRC SAINTES
 

CdA de Saintes : les droites locales doivent gérer leurs problèmes internes
pour sortir l'institution de la situation de blocage dans laquelle leurs dissensions la placent“


    Depuis des mois, au-delà des clivages politiques traditionnels, des tensions fortes existent entre des élus de la CdA de Saintes et le Président de celle-ci, pour des raisons principalement liées au mode de fonctionnement instauré. Avant son élection à la tête de la CdA, l'actuel Président affichait pourtant ostensiblement : „Pour moi, l'intercommunalité, c'est le consensus“. Visiblement, les actes n'ont pas été jugés en adéquation avec les paroles par nombre de conseillers communautaires. En outre, le Président de la CdA de Saintes étant aussi Maire de Saintes, l'affaire du 4x4 – révélation de dysfonctionnements au niveau communal, cependant non suivie d'un règlement politique effectif à ce niveau – ne pouvait que surajouter aux tensions déjà présentes au niveau intercommunal.
 

    Aussi, c'est sans surprise que les récents conseils communautaires, du 16 décembre 2015 à Saint-Georges-des-Coteaux et du 10 février 2016 à Thénac, ont ré-ouvert la question de la gouvernance intercommunale, avec cependant une inconnue : si la volonté du Président de rester en place – bien qu'ayant été mis deux fois en minorité, et bien qu'étant placé en face de la démission collective de 15 vice-présidents – est établie, reste à savoir pour combien de temps il en aurait la capacité, prolongeant le blocage de l'institution et conduisant peut-être, in fine, à une mise sous tutelle.
 

    Suite aux dernières échéances municipales, les élus de droite portés aux responsabilités ont choisi d'une part un Maire à Saintes par les votes unanimes des conseillers municipaux de la majorité saintaise – les conseillers d'opposition n'ayant pas participé au scrutin –, d'autre part un Président de l'intercommunalité par les votes majoritaires des conseillers communautaires de l'ensemble de la CdA. Il se trouve que la même personnalité a été choisie par ces élus de droite, pour l'une et l'autre fonction.
 

    Par conséquent, si le Maire et Président a instauré un fonctionnement qui ne peut convenir à la gestion de la collectivité locale qu'est la commune de Saintes, ou de l'EPCI qu'est la CdA de Saintes, les élus de droite doivent pleinement assumer le choix qu'ils ont fait collectivement en plaçant cette même personnalité aux responsabilités de Maire et Président. Sortir de la situation de blocage politique dans laquelle la CdA se trouve placée relève donc de la responsabilité de l'actuel Président de la CdA, qui ne doit pas prendre en otage l'institution s'il n'a plus de majorité sur laquelle s'appuyer, mais aussi des composantes de la droite qui ont permis son élection à cette fonction et ont soutenu sa politique. Actant les erreurs commises, mettant au second plan leurs dissensions internes, elles doivent instaurer des conditions politiques pour que l'institution retrouve au plus vite un fonctionnement normal, sauf à commettre une faute majeure à l'encontre de tous les habitants de la CdA.
 

    Pour autant, un changement de Président, disposant d'une nouvelle majorité à droite, permettra peut-être à l'institution de trouver un fonctionnement, mais ne signifiera pas un changement fondamental d'orientation politique. Le même raisonnement est applicable à la commune de Saintes, en ce qui concerne la fonction de Maire. Or, c'est aussi sur les orientations, sur les choix faits pour la CdA et pour la ville, que la contestation doit légitimement et puissamment porter. Seul un changement de majorité impulserait une autre politique. Nos concitoyens pourront sans doute exprimer leur envie de changement à l'occasion d'initiatives locales, mais c'est par un projet politique avec des perspectives qui permettent de redonner espoir aux habitants et l'envie de vivre ensemble que l'avenir est à construire ; cela passera par le rassemblement des citoyens, des forces de gauche, et par des échéances électorales.

 Saintes, le 23 juillet 2015
 
 Communiqué de presse du MRC Saintes
 
Coupes budgétaires drastiques: le Conservatoire municipal de Saintes est lui aussi placé sous cette contrainte

       Le Magazine Mensuel Municipal Saintes n°4 de juin 2015 titrait en page de couverture „La ville où l'on fait de la musique ensemble“. La page 10 était consacrée au Conservatoire, avec ce titre et ce sous-titre : „Le conservatoire: fortissimo. Un équipement communal dynamique.“ Fort bien, mais le constat dressé est-il celui de l'actualité, de l'avenir ou du passé ? En effet, à bien y regarder de près, le fortissimo annoncé risque d'être fortement réduit par les contraintes budgétaires.

    Quelle est en effet la situation budgétaire, telle qu'on peut la connaître suite aux Conseils d'Etablissement de février et juillet 2015 ? Un budget „Ressources humaines“ tenu serré, un budget d'investissement subissant une coupe sombre avec une baisse autour de 50% et un budget de fonctionnement hors ressources humaines affecté d'une réduction drastique autour de 20%.

         Quels sont les effets déjà visibles des coupes budgétaires imposées ? D'après les éléments donnés en Conseil d’Etablissement, des déplacements modifiés dans leurs modalités ou annulés, ainsi un co-voiturage demandé aux parents en remplacement d'un transport collectif pour se rendre à Cognac dans le cadre d'un échange d'orchestre, le renoncement à un déplacement pour les danseuses à la Coursive de La Rochelle ; une programmation revue à la baisse avec une réduction du dimensionnement de l'Aiguille creuse, le concert prévu à l'amphithéâtre ayant été abandonné quand la réalité du nouveau budget a été connue. Des concerts supprimés, dont de professeurs et pour les scolaires, le renoncement à des master-classes

      Quels sont les effets à redouter à moyen terme si une telle situation budgétaire contrainte se prolongeait ? Tout d'abord, il est possible d'escompter que la commande du grand spectacle bi-annuel, dont l'Aiguille creuse a donné une illustration cette année et dont la qualité est reconnue, ne puisse être permise dans le format qui a été rendu possible jusqu'ici. Mais ensuite, d'autres interrogations se posent, et en particulier celle concernant l'agrément du conservatoire si la Ville souhaite la pérennité de cette labellisation.

          En outre, l'annonce – dans ce contexte de coupes budgétaires – d'un travail de "simplification“ de la grille tarifaire et “d'harmonisation“ des tarifs avec des conservatoires de taille comparable à celui de Saintes est faite. L'utilisation d'un tel vocabulaire alors que la municipalité vient d'imposer des baisses drastiques de ses financements n'annonce-t'elle pas des hausses tarifaires à venir qui seraient supportées par les usagers, sinon même des demandes de participation financière pour assister à certains spectacles reposant pourtant très largement sur le bénévolat des élèves et de leurs familles ? On conçoit que la plus grande vigilance soit de mise. Il est crucial de préserver et développer les capacités, le dynamisme, l'ouverture à la diversité des publics d'une institution qui assume tout à la fois une mission pédagogique, une mission culturelle et une mission sociale.

Contacts : Serge MAUPOUET, Secrétaire départemental du MRC 17 - Téléphone : 06 46 24 73 19      
1 2 3 4

MRC - Fédération de Charente-Maritime
75, rue de L'Epineuil 17100 Saintes
06 46 24 73 19
Email : mrc17@laposte.net



Les responsables
Secrétaire départemental
Porte-parole départemental, délégué à la 1ère circonscription
Délégué à la 2e circonscription, délégué aux Elus et au Travail
Délégué à la 4e circonscription



Faites nous connaître !

Mots-clés

Dernières actualités du MRC