Fédération MRC de Charente-Maritime

Une excellente initiative. Des échanges concrets, directs, constructifs.


Le MRC 17 a répondu à l'invitation de l'association "L'Esprit citoyen" (contact : fouras.net/v2/association-fouras-les-bains.php?ref=104) pour échanger sur le thème "La Gauche Demain" à FOURAS le 16 décembre 2017.
 
L'association l'"Esprit citoyen",  qui a "pour but d’échanger les réflexions sur les Enjeux démocratiques et républicains pour développer l’esprit laïque et citoyen", avait diffusé un document annonçant l'événement, avec des termes forts et un enjeu prospectif.
Extrait du document d'annonce de l'événement diffusé par "L'Esprit citoyen":
"Vaincue, écrasée, éparpillée, la Gauche sort en miettes de l'épisode électoral de 2017.
Allons-nous laisser les responsables de ce désastre décider seuls de notre futur ?
Dialoguons : société civile, partis, citoyen
POUR PROPOSER ENSEMBLE LES VOIES DE NOTRE AVENIR
LA GAUCHE DEMAIN ?"
 
Les échanges ont été concrets, directs, constructifs.
 
Après les prises de parole initiales de représentants associatifs et de la société civile, les partis politiques étaient invités à réagir à celles-ci. Le Secrétaire départemental du MRC 17, Serge Maupouet, s'est attaché à intervenir en lien direct avec les éléments d'analyse et questionnements qui venaient à l'instant d'être mis dans le débat. Nous présentons ci-après la teneur de cette intervention :
 
"Bonjour,
 
Serge Maupouet, responsable départemental du Mouvement Républicain et Citoyen ; c'est-à-dire que je porte avec d'autres, en Charente-Maritime, l'héritage du chevènementisme.
 
L'idée proposée par « l’Esprit citoyen » est de partir des interventions initiales des représentants de la société civile, pour réagir en tant que représentant d’une formation politique.
 
Aussi, je vais reprendre chacun des points de l'analyse exposée tout à l'heure par le représentant d’ATTAC, analyse que je considère comme très pertinente.
 
1er point, le problème des valeurs.
Il n’y a pas une Gauche, mais des Gauches. La recomposition des Gauches est désormais possible sur des bases redéfinies : des fondamentaux permettent de rebâtir.
 
La priorité est de se remettre en accord sur le sens des valeurs que nous portons et des mots que nous utilisons, comme les notions de Citoyen ou de Nation.
Nous utilisons souvent les mêmes mots, mais sans forcément mettre derrière ces mots le même contenu, ce qui peut susciter des incompréhensions à lever.
 
Nous devons réfléchir au fait que nous avons perdu des batailles dans le combat du langage.
Les conservateurs utilisent souvent le terme de « bon sens » pour appuyer leur politique ; or est-ce que le bon sens existe vraiment ? et qu’est-ce, véritablement, que le bon sens ? Il n’y a rien d’évident derrière ce terme. Mais il vous souvient sûrement de l’avoir entendu en appui de décisions prises par la Droite, pour les faire accepter comme naturelles.
 
Nous en sommes souvent réduits à devoir utiliser les mots de nos adversaires politiques pour décrire certaines réalités, et des mots ambivalents. Ainsi, le libéralisme peut désigner le libéralisme politique, principe fondateur de la démocratie, mais aussi le libéralisme économique que nous combattons.
 
L’ambivalence de certains termes, la nécessité actuelle d’utiliser des notions de nos adversaires sont des handicaps. Nous devons travailler à disposer de nos propres mots pour décrire précisément les réalités que nous voulons désigner.
 
2ème point, le fonctionnement des institutions.
Sur ce point, il faut distinguer la lettre des institutions de l’esprit qui oriente leur application ; cet esprit a beaucoup évolué. La formation insuffisante de la base militante, le retrait de l’éducation populaire, ont ensuite des répercussions au niveau des élus, et jusqu’aux niveaux les plus élevés.
 
3ème point, la mondialisation.
La mondialisation actuelle est à associer à la diffusion du néo-libéralisme économique et a été accompagnée d'une mutation sociale-libérale d’une partie de la gauche - décrite par Michel Cabannes -, évolution qu’il ne faut pas dissocier de la question de l’Union Européenne.
 
4ème point, l’Europe.
Commençons par utiliser les bons termes pour décrire les réalités. Evidemment l’Europe ... mais l’Union Européenne, et telle qu’elle est, c’est tout autre chose. L’enjeu crucial est de regarder l’Union européenne non pas telle que certains la rêvent, mais telle qu’elle est réellement. Partir du réel pour aller à l’Idéal, cela ramène à la méthode préconisée par quelqu’un ... L’Union européenne réelle est fondée sur le libéralisme économique, il faut la regarder telle qu’elle est.
 
5ème point, le rôle de l’État
Le retrait progressif du rôle de l’Etat va de pair avec le report sur les régions de certaines compétences, mais aussi le déport sur le privé de missions relevant normalement de l’action publique.
Ces constats posent la problématique de l’Intérêt général et de la vision globale de l’action publique, avec des atteintes possibles à l’Egalité.
 
Pour reconstruire la Gauche, il est indispensable de repartir des citoyens. D’où l’importance d’initiatives comme celle que l’Esprit citoyen propose aujourd’hui, mettant en lien les citoyens, des représentants de la société civile et des formations politiques. Renouer avec les citoyens est le préalable à la reconstruction et pour se projeter dans l’avenir.
 
Je vous remercie."

Actualités

par Serge MAUPOUET le Mardi 13 Juin 2017 à 12:51


Communiqué de presse du MRC 17

Une situation politique déliquescente :
des inquiétudes lourdes pour l’avenir

         Les résultats électoraux de dimanche 11 juin en Charente-Maritime sont l'instantané d'une situation politique déliquescente.

        A force de préférer la conversion libérale plutôt que la conversion républicaine, le social-libéralisme plutôt que le socialisme, à force de masquer le social-libéralisme derrière la social-démocratie, à force de tenir des discours sans lendemains, comme celui du Bourget, il fallait bien qu’arrive le moment de vérité, donc de la rupture de l’ex-principal parti de gauche avec son électorat. C’est fait.
 
          Cet électorat en rupture s’est partiellement et brièvement déplacé vers un mouvement protestataire de gauche quand un effet d’opportunité est apparu possible à la Présidentielle : des électeurs pouvant se porter habituellement sur une force de type social-démocrate se sont mobilisés en espérant qualifier une gauche tribunicienne à cette occasion. Mais aux Législatives, ce mouvement n’apparaissant plus forcément comme pouvant être au second tour, le souffle est retombé de manière notable : un peu moins sur la 2e circonscription de Charente-Maritime (une configuration particulière expliquant que le vote d’orientation social-démocrate ait pu choisir un autre débouché que le vote écologiste). En ayant refusé toute alliance avec d’autres partenaires à gauche, ce mouvement protestataire a forcément divisé les suffrages et a contribué à la disparition de toute la gauche du second tour. Sur la 1ère circonscription, deux candidats économiquement de droite et idéologiquement macron-compatibles, même si de sensibilité sociétale différente, s'affrontent dans un deuxième tour dont les travailleurs n'ont rien à attendre.
         La gauche dite de gouvernement porte aussi sa part de responsabilité : elle n’a pas été capable de créer les conditions du rassemblement le plus large de ses propres composantes.
 
          Pourtant la gauche a des candidats de valeur, dès maintenant et pour l’avenir. Sur la 5e circonscription, pour le MRC 17, il est clair que le renouvellement politique a pour nom Mickaël Vallet. Si ce renouvellement n’est pas possible aujourd’hui, dans le contexte difficile de cette échéance, il faut le construire ensemble pour demain. Sur la 3e circonscription, le travail de redynamisation de la ville de Saint-Jean-d’Angély est à mettre au crédit de l’action de Françoise Mesnard. A Saintes, tout reste à reconstruire : le MRC 17 appelle toutes les forces de gauche à la responsabilité dans l’optique de la préparation des prochaines échéances, comme nous l’avions fait en 2013. Concernant le député, sur la 3e, le changement va se faire nécessairement dans le sens de la régression : néo-libéralisme à orientation sociétale droitière, ou néo-libéralisme à orientation sociétale centriste ? Rien à attendre pour les catégories populaires de l’un ou de l’autre, sauf de mauvais coups.
 
           Nombre de nos concitoyens ne trouvent plus, dans l'offre politique, les repères qui leurs permettent de savoir qui défend quoi, ou même qui défend qui. La meilleure preuve, c’est « En marche » exemple typique de formation « attrape-tout », laquelle arrive en position dominante, mais avec combien de malentendus pour demain ? Position dominante, ne signifie pas, en l’espèce, position de force puisqu’il n’y a pas de vote d’adhésion derrière ce résultat au vu de l’importance très élevée de l’abstention (entre 48,84 % et 50,20% selon les circonscriptions). Beaucoup de nos concitoyens ne se déplacent plus au premier tour des élections, attendant que d'autres déterminent ceux qui seront au second tour pour ensuite éventuellement procéder à l'élimination de celui qui leur déplaît le plus parmi les finalistes, s’ils choisissent de se ré-impliquer dans le vote. Dans la séquence actuelle, les centristes néo-libéraux finissent par être gagnants. Mais à quels périls conduira ce jeu d’élimination lorsqu’il deviendra tangible que la présidence Macron creuse encore les inégalités par sa politique néolibérale ? Nos inquiétudes sont légitimement lourdes pour l’avenir.

Actualités

par Jean-Luc DELCAMPO, pour le MRC ROCHEFORT le Mardi 10 Janvier 2017 à 18:31


Communiqué de presse du MRC ROCHEFORT
"
Gestion et tri des déchets : après les occasions manquées, le temps de l’accélération ?"
 
La mobilisation municipale sur la Gestion et le tri des déchets de la Ville de Rochefort se dessine, fort lentement et tardivement. Les conseillers de quartier se réuniront le 19 janvier 2017, sur la thématique de la collecte des différents types de déchets. Pourquoi ne pas s’être appuyé sur la mobilisation autour du Centre Multi-filières, montrant l’intérêt des Rochefortais pour la Gestion et le tri des déchets afin de se mobiliser aussi sur la question du tri ?

Cette réunion serait-elle plus qu’un frémissement, le premier pas d’une vraie implication de la Municipalité pour le tri sélectif des déchets et leur réduction ? La mobilisation de la population étant nécessaire sur ce sujet, communiquer est incontournable.

Nous espérons que la Municipalité ne se hâtera pas trop lentement : il s'agit maintenant de dépasser largement la vitesse de l’escargot.

Actualités

par Serge MAUPOUET, pour le MRC 17 le Mardi 3 Janvier 2017 à 20:05


Communiqué de presse du MRC 17
 

Le MRC 17 adresse ses meilleurs vœux 2017 aux Charentais-Maritimes

 

     Des temps forts d’expression démocratique s’annoncent cette année : nous les voulons au service du Peuple, et non pas de quelques-uns. A ces occasions, nos concitoyens seront invités à faire prévaloir l’Intérêt général. Notre volonté pour 2017 est de contribuer à initier et développer ce mouvement.

 

     L’amélioration des conditions de vie de tous passe par une rupture avec le primat donné au pouvoir de l’économie contre la solidarité. Une politique nouvelle est à construire, en renouant avec les fondamentaux de la République sociale : liberté, égalité, Fraternité, laïcité, Justice sociale, souveraineté du peuple. Nous souhaitons un renouveau démocratique, par une Ve République rajeunie, permettant une véritable prise en compte des demandes des citoyens. La refondation républicaine de la Gauche, à laquelle nous travaillons inlassablement, doit y contribuer puissamment.

 

    Le MRC 17 adresse ses meilleurs vœux pour 2017 à tous les Charentais-Maritimes, pour une société de Justice et de Fraternité.


Actualités

par Serge MAUPOUET, pour le MRC SAINTES le Jeudi 29 Décembre 2016 à 17:13


Communiqué de presse du MRC SAINTES
Entre impréparation et incertitudes :
quelle politique scolaire de la majorité municipale ?

     La majorité municipale s‘inscrit dans une logique qui va la conduire à ne pas respecter un de ses engagements de campagne, un de plus. Cet engagement consistait à „Maintenir les écoles de proximité“. Rappelons, en effet, que la Ville gère les bâtiments scolaires. Pourtant, une „restructuration“ s‘annonce. La majorité municipale doit faire des propositions en ce sens à l‘Education nationale dans l‘optique de la rentrée 2017.

     Quelles écoles vont être concernées ? Cette incertitude pèse déjà sur les familles saintaises. Les parents d‘élèves des écoles privées sous contrat n‘ont guère de soucis à se faire : la majorité municipale apure le contentieux financier avec les OGEC (Organisme de Gestion de l’Enseignement Catholique), et porte sur ces écoles un regard bienveillant. Ce sont les seules écoles publiques qui doivent subir la „restructuration“. Les parents d‘élèves de Saint-Exupéry d'abord, de Jean-Jaurès ensuite, sont entrés dans des temps d'interrogations. D‘autres écoles sont certainement dans le champ des réflexions en cours, y compris dans le cœur de ville.

 

     Sur Saintes, les questions de l‘évolution des effectifs des élèves en Primaire, du financement du réseau des écoles publiques, des moyens humains que l‘Education nationale souhaite maintenir dans ces écoles, ont été posées dès le début de la décennie. Le MRC Saintes soulevait ainsi la problématique de la politique scolaire à mener en faveur du maintien du réseau des écoles en janvier 2011, dans un communiqué de presse. Depuis, l‘école Pelletan a malheureusement fermé.

     Dans ce contexte, connu depuis longtemps, il est clair que l‘équipe de Droite de la majorité actuelle a pris, pendant la campagne des élections municipales de 2014, des engagements de pur opportunisme électoral. Ils sont en voie d‘être reniés aujourd'hui puisqu'aucune action volontariste n‘a été menée pour changer les données du problème. La majorité municipale se contente de déplorer la baisse des effectifs élèves, certains de ses membres éminents n‘ont de cesse de considérer comme un coût pesant l‘entretien du réseau actuel des écoles publiques. Cette majorité ne propose d‘autre perspective que de concevoir des fermetures.

 

     Une attitude à la fois responsable et volontariste était et reste cependant possible. Elle consiste, d‘une part, à réfléchir aux conditions nécessaires pour attirer de jeunes couples, soutenir les naissances, éviter les départs, installer des familles avec enfants d‘âge scolaire sur Saintes. Ceci passe par une politique du logement, de la Ville, de redynamisation économique, d‘attractivité. Elle consiste d‘autre part à concevoir un projet permettant un meilleur accueil des élèves dans les écoles. Une baisse restant modérée des effectifs peut être mise à profit pour conserver un large réseau d‘écoles de proximité, tout en diminuant le nombre d‘enfants par classe : c‘est une des conditions d‘une meilleure réussite scolaire pour le plus grand nombre d‘enfants.

 

     Les contours de la „restructuration“ se dessinent actuellement, en sous-main. La majorité municipale temporise, n’ouvre pas le débat public, attend des démarches venant des parents pour délivrer, parcimonieusement, certains éléments mais ne permettant pas de savoir exactement quelles écoles vont être finalement touchées. Il est pourtant urgent de mettre en plein jour l‘ensemble des données et des orientations, à des fins d‘échange, de dialogue, de concertation, de débat contradictoire. Le projet concernant la politique scolaire, hier comme aujourd'hui, doit être débattu, argumenté, expliqué, partagé. Il doit être clairement exposé aux citoyens, aux habitants, et certainement pas imposé.

1 2 3 4

MRC - Fédération de Charente-Maritime
75, rue de L'Epineuil 17100 Saintes
06 46 24 73 19
Email : mrc17@laposte.net



Les responsables
Secrétaire départemental
Porte-parole départemental, délégué à la 1ère circonscription
Délégué à la 2e circonscription, délégué aux Elus et au Travail
Délégué à la 4e circonscription



Faites nous connaître !

Mots-clés

Dernières actualités du MRC