Fédération MRC du Nord

Communiqué de presse de Christian HUTIN, député MRC du Nord


La fin des contrats aidés illustre la politique des plus forts contre les plus faibles.

Mercredi 8 novembre 2017, en soirée, l'Assemblée Nationale a voté le budget en baisse de la mission "Travail et emploi", la réduction du nombre de contrats aidés. Seul le groupe des "Marcheurs" a soutenu ce budget. Depuis quelques semaines déjà, j'ai tenté d'alerter le gouvernement sur les conséquences désastreuses que ce budget va avoir sur les associations, les collectivités locales et l'ensemble du secteur non marchand. Ce vote s'est déroulé dans une ambiance tendue mais la majorité parlementaire, aux ordres du gouvernement et de l’Élysée, n'a accepté que deux amendements en tout et pour tout, venant d’autres groupes parlementaires.

L'effort mis sur la formation, bien que nécessaire, n'empêchera pas le retour au chômage de dizaines de milliers de nos concitoyens, renforçant la précarité, mettant un terme à une multitude d'activités. Les crédits de la mission passent de 15,4 milliards d'euros en 2017 à 13,9 milliards, soit une diminution de 1,5 milliard. La baisse, considérable, est essentiellement liée à la réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200.000, exclusivement dans le secteur non marchand, pour une enveloppe de 1,4 milliard d'euros. Il s'agit d'une baisse d'un milliard d'euros.

On mesure chaque jour davantage, les exigences liées aux engagements présidentiels de passer sous la barre des 3% de déficit public que réclame le traité de Maastricht et surtout à la promesse faite à Angela Merkel par le Président Macron au début de son mandat.

Bercy tient à tout prix à présenter à la commission européenne un budget conforme à la règle d'or avant le 31 décembre. Mais l'équation politique a considérablement changé en Allemagne suite aux dernières élections législatives qui a vu l'entrée de 90 députés d'extrême droite au Bundestag.

Il apparaît clairement que la "start-up nation" n'est réservée qu'aux gagnants et autres "winner". Les autres doivent attendre le salut du "ruissellement" des plus riches mais qui défiscalisent dans les paradis fiscaux. La brutalité avec laquelle agit le gouvernement dans toute une série de domaine ne produira que des fractures supplémentaires dans la société française.

Christian HUTIN

Député du Nord

Membre de la commission des Affaires étrangères

Communiqué de presse de la fédération du Nord du MRC


Loi de Transition énergétique, Nicolas HULOT donne raison au MRC et à ses parlementaires

Le MRC se félicite des dernières prises de position de Nicolas Hulot concernant le nucléaire en France. Nous nous permettons de rappeler qu'en octobre 2014, le MRC a voté "contre" la loi de transition énergétique parce qu'elle fixait des objectifs intenables pour la France. Les 65 articles de cette loi pouvaient sembler assez inoffensifs. Ce texte choisissait de ne pas choisir et évitait méthodiquement les sujets difficiles sur la route d’une indéfinie «transition» énergétique. La majorité de ces 65 articles étaient positifs et pouvaient contribuer à une politique énergétique favorisant la sobriété et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Mais le plafond de capacité de production électronucléaire (63,2 gigawatts dès 2015) prévu à l’article 55 rendait impossible un vote positif du MRC.

Alors que la France dispose d’une filière nucléaire forte, cette loi bride artificiellement sans être capable de mettre en face les capacités de production alternative. Cette loi était purement idéologique et je constate avec plaisir à quel point j'avais raison de m'y opposer à l'époque. Le Ministre Hulot tire aujourd'hui les conséquences logiques d'un texte inapplicable et dangereux pour notre filière électro-nucléaire qui reste un fleuron de l'industrie française.

Cela ne veut pas dire, au contraire, que nous ne devons pas progresser sur notre mix énergétique. Mais de façon intelligente et progressive sans porter atteinte aux intérêts de nos industries et des Français.

Nous sommes également heureux de voir les menaces qui ont trop longtemps planées sur la centrale nucléaire de Gravelines, s'éloigner. Nous savons tous que son existence conditionne le maintien et le développement de la puissance de notre tissu industriel que beaucoup nous envie. Nous restons néanmoins un acteur attentif et vigilant de la politique énergétique, indispensable pour notre souveraineté.



Claude NICOLET

Premier secrétaire du MRC Nord

Communiqué de Claude Nicolet, 1er secrétaire du MRC Nord.


Les "Paradise papers", scandale, indécence et arnaque de la théorie du "ruissellement."

Les dernières nouvelles qui ne cessent de s'égrener depuis ce matin concernant les "Paradise Papers", nous livrent une fois de plus leurs lots de scandales. Entre fraude fiscale et optimisation fiscale, la frontière est de plus en plus mince et parfois même impossible à discerner. Ce qui apparaît c'est que celles et ceux sur lesquels repose la fameuse théorie du "ruissellement" passent une grande partie de leur temps à tout mettre en œuvre pour que leur argent ruisselle surtout dans leurs propres poches plutôt que de servir à financer les politiques publiques et servir l'intérêt général.

Jamais les paradis fiscaux ne se sont mieux portés, jamais les montages financiers, les techniques de défiscalisation, les manœuvres de dissimulation n'ont été à ce point sophistiquées. Au fur et à mesure des révélations, on voit se dessiner un monde à part, composé de fortunes aux montants qui parfois dépassent l'entendement. C'est à celui qui inventera les techniques de dissimulation les plus folles afin d'éviter l'impôt.

Des entreprises aux profits gigantesques, des individus aux fortunes indécentes, fabriquent de véritables "mondes parallèles" dont la masse financière et la puissance ne cessent de s'accroitre. Et il faut se rendre à l'évidence: ils ne veulent pas partager! Ils sont l'image de la concentration des fortunes qui est à l'œuvre partout sur la planète. Concentration obscure, hors de contrôle, n'ayant quasiment de compte (sans jeu de mots) à rendre à personne ni à aucune autorité. Son seul objet, accroître, accroître et encore accroître la masse d'argent dont elle dispose pour l'unique satisfaction de ses propres besoins. Pendant ce temps d'immenses besoins sociaux ne sont pas satisfaits, la précarité prospère, les délocalisations se poursuivent, la chasses aux "assistés" est systématiquement organisée tout comme la culpabilisation de celles et ceux qui n'ont rien si ce n'est leur force de travail qui rapporte peu, tout comme les retraites de plus en plus chiches.

Claude NICOLET

Premier secrétaire du MRC Nord


Actualités

par MRC NORD le Lundi 30 Octobre 2017 à 17:43


Didier Motchane est mort

Didier Motchane nous a quittés ce dimanche 29 octobre. La fédération du Nord du MRC est profondément affectée par cette nouvelle. Nous tenons tout d'abord à adresser à sa famille nos condoléances les plus sincères.

Si l'homme n'avait pas la notoriété de beaucoup de responsables politiques, il a néanmoins pesé d'un poids considérable dans la vie politique française. Intelligence prodigieuse, immensément cultivé il faisait des analyses acérées et il était de ceux qui regardent les choses, les Hommes et les situations en face, droit dans les yeux, sans se soucier trop de l'accessoire. Avec Jean-Pierre Chevènement, Alain Gomez, Pierre Guidoni et Georges Sarre, il est l'un des fondateurs à la fin des années 60, du CERES, le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste.

Innombrables sont celles et ceux qui en seront membres et forgeront leurs premières armes politiques à cette école de l'exigence et de la rigueur. Didier Motchane donnera au futur parti socialiste son logo, le fameux poing et la rose. Nous avons eu la chance de le connaître dès 1990 et de travailler un peu avec lui quand il était au cabinet de Jean-Pierre Chevènement, Ministre de l'Intérieur. Il était impossible de rester insensible à la puissance de sa conversation, de sa lucidité exacerbée qui accompagnait dans le même temps une grande détermination.

Il fut de ces hommes qui ont rendu possible la victoire de François Mitterrand en 1981 en forgeant l'outil de la victoire lors du congrès d'Epinay de 1971; le Parti socialiste. Il a incontestablement marqué de son empreinte, la vie politique française et son héritage est encore à découvrir. Sa capacité conceptuelle et philosophique lui permettait de voir loin, très loin bien au delà de lui-même et de la souffrance qui tout au long de sa vie n'a jamais cessé de l'accompagner. Il y avait du stoïcisme romain chez cet homme, qui forçait l'admiration.

Le courage le caractérisait, dans sa vie mais aussi dans ses engagements. Dès 1983 il refuse le tournant libéral qui se traduit par la rigueur et le choix de l'Europe comme nouvel horizon pour mieux masquer les renoncements à "transformer la vie." Il sera donc de la lutte contre le Traité de Maastricht, de l'aventure de la création du Mouvement des Citoyens (MDC), de la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement en 2002, du NON au TCE en 2005 et du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), tentatives de reconstruire au cœur la gauche française une alternative sociale, républicaine, progressiste et patriote au social-libéralisme triomphant et à l'abandon des catégories populaires qui se tournaient déjà vers le Front national ce qui annonçait les débâcles à venir.

Jusqu'à la fin, intelligence intacte, il aura conservé cette capacité à dire les choses. A les faire apparaître. A rendre intelligible ce qui semble obscur. A nous permettre de grandir et de progresser. C'est une perte immense. Nous lui devons tant. Au revoir camarade.



Claude NICOLET

Premier secrétaire du MRC Nord

Question écrite que Christian Hutin, député MRC du Nord à adressé au gouvernement suite aux annonces concernant la baisse des APL et des loyers et les conséquences de telles mesures sur le logement social.


Baisse des APL, Christian Hutin, député MRC du Nord interpelle le gouvernement

M. Christian Hutin alerte M. le secrétaire d'État, auprès du ministre de la cohésion des territoires, sur les conséquences de la réduction de l'aide personnalisée au logement (APL) pour les bailleurs sociaux et les collectivités locales. Suite à l'annonce par le gouvernement en juillet dernier, de baisser les APL de 5 euros par mois au 01 octobre de cette années, une très vive et légitime émotion s'est emparée de l'ensemble des bailleurs sociaux, des entreprises du bâtiment, des collectivités locales, ainsi que des locataires et de leurs familles.

L'annonce des baisses du montant des loyers ne fait rien à l'affaire et ne calme aucunement les fortes inquiétudes liées à pareille déclarations, bien au contraire. Il y a fort à parier que l'on assistera à une vraie fragilisation de tout un secteur d'activité essentiel à l'emploi, à la croissance mais aussi à notre politique économique, sociale et familiale. Les organismes HLM seront profondément déstabilisés surtout dans leur capacité d'investissement et leur équilibre financier sera mis très rapidement en danger dans la mesure où ils ont besoin d'une visibilité à long voire très long terme pour assurer leur amortissement.

Si on rajoute à cela la fuite de l'épargne du livret A vers l'assurance privée et l'assurance vie, il est évident que c'est l'ensemble de la politique du logement social en France qui sera en grande difficulté. Rapidement les trésoreries seront asséchées, les parcs seront alors mis en vente, pour qui voudra les acheter et on aboutira à une catastrophe sociale. Certains bailleurs pourraient également augmenter les loyers de ceux qui ne touchent pas d'APL. Les locataires seront donc, au final, les grands perdants de la mesure. La Fédération française du bâtiment rappelle en effet que les travaux directement liés aux organismes HLM représentent 12 % de l'activité du bâtiment.

Faut-il également souligner que les collectivités locales apportent très souvent leur garantie d'emprunt lors de la construction de logement sociaux. A l'heure ou l'Etat ne cesse de diminuer sa participation dans le budget des collectivités, voilà qui fera courir un risque considérable à l'équilibre financier des collectivités locales si un, voire plusieurs organismes HLM se retrouvent en cessation de paiement. A l'heure actuelle, rien n'indique que les compensations annoncées soient à la hauteur de la baisse des ressources. Je souhaite donc connaître les dispositions que compte prendre le gouvernement pour éviter les conséquences désastreuses que comporte cette baisse des APL et des loyers.

1 2 3 4 5 » ... 10

MRC - Fédération du Nord
5 rue de Bourgogne, 59140 Dunkerque
Email : mrc.nord@gmail.com



Les responsables
1er secrétaire fédéral
Député de la 13e circonscription
Maire de Coudekerque-Branche
Conseiller départemental de Coudekerque-Branche



Faites nous connaître !




Dernières actualités du MRC