Actualités
Publié le Jeudi 24 Juillet 2008 par MRC

L’état de la gauche, les enjeux et les perspectives de la refondation républicaine



Présentation de l'Université d'été du MRC, Belfort (Centre Atria), samedi 6 et dimanche 7 septembre 2008.


La gauche ne va pas bien. Est-ce, comme certains le disent, un problème de leadership ? Est-ce, comme d’autres le prétendent, une absence de programme ? Est-ce dû simplement à l’habileté manœuvrière de l’actuel président de la république ? Et si la gauche avait, tout simplement, perdu ses repères, sa capacité à penser le monde d’aujourd’hui, et par suite, sa capacité à agir politiquement dans la France telle qu’elle est ?

C’est sur ce sujet que l’université d’été du MRC propose de réfléchir.

Il nous faut d’abord, sans concession, analyser « l’état de la gauche » depuis un quart de siècle : les forces sociales, les idées, les organisations.

  • Les forces sociales qui ont construit historiquement la gauche (les cadres de la République et les classes populaires) sont en déshérence. Depuis un quart de siècle, les évolutions sociologiques sont importantes. Les classes populaires ont été rejetées à la périphérie des villes. Avec la montée des idées libérales, s’est développé une sorte d’hyper-individualisme de consommateur qui s’accommode mal des combats collectifs. Les couches populaires se sont paupérisées. Les inégalités se sont creusées. L’Etat et les services publics ont été affaiblis dans leur capacité à répondre aux besoins collectifs.
  • Les idées libérales ont triomphé, paradoxalement avant-même l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Du coup, celle-ci s’est un peu perdue entre les concessions au libéralisme ambiant et la recherche de paradigmes de substitution, soit dans un discours désincarné sur les droits de l’homme ou le développement durable, soit dans un localisme sans perspectives, soit dans un discours de radicalité sans débouchés. Dans le même temps, les idées républicaines cèdent le pas devant les obscurantismes de toutes sortes et les replis communautaires.
  • Les organisations de gauche sont à bout de souffle. Les syndicats, les mouvements d’éducation populaire sont très affaiblis. Le PS est un parti d’élus et n’a plus vraiment de projet fédérateur. Le PCF a beaucoup perdu de militants et s’est effondré électoralement. Le projet d’un mouvement républicain n’a pas rassemblé.

    Nous aborderons ces questions, notamment avec Anicet Le Pors (ancien ministre communiste de la fonction publique), Domenico Lossurdo (penseur critique italien), un politologue (contacts en cours), et Patrick Quinqueton (secrétaire national du MRC).

    Puis nous devons préciser quels sont les défis à relever, quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer, pour reconstruire la gauche.

    Pour renouer avec les classes populaires, pour redonner une perspective à la gauche, plusieurs défis sont devant nous.
  • Le premier est le défi de la République, qu’il s’agit de décliner non comme un paradis perdu à retrouver, mais comme un outil dans le monde d’aujourd’hui pour renouer avec les couches populaires, sur l’école, le droit au travail, la sécurité sociale et la sécurité publique, les services publics, le civisme.
  • Un autre défi important est celui d’infléchir la mondialisation. La crise financière, la crise alimentaire, la crise énergétique sont des manifestations d’un monde déséquilibré. La loi du plus fort au niveau international, sur le terrain économique comme sur le terrain politique et militaire, est la cause de bouleversements internes qui ne sont pas maitrisables. L’Europe ne joue manifestement pas cette fonction, puisqu’elle ne se fixe comme objectif que d’y améliorer, difficilement d’ailleurs, l’insertion des pays européens. Le défi d’un monde multipolaire régi par le droit est un des défis de la gauche.
  • Le défi européen n’est pas le moindre. L’enjeu est de passer d’une Europe de marché à une Europe de projets. Il nous faut réhabiliter la nation républicaine pour redresser l’Europe. Le « détour » de Jean Monnet ne conduit, référendum après référendum, qu’à se détourner des citoyens. Seules les nations, s’appuyant sur la volonté des peuples, peuvent redonner à l’Europe le dynamisme qu’elle n’a plus.

    Nous réfléchirons sur ces défis, notamment avec Louis Gautier (auteur de « Table rase – Y a-t-il encore des idées de gauche ? », ancien conseiller pour la défense du Premier ministre), Jacques Nikonoff (ancien président d’ATTAC, responsable altermondialiste), Marie-Noëlle Lienemann (ancienne ministre du logement, députée européenne socialiste), un représentant de « Die Linke » et Marie-Françoise Bechtel (secrétaire nationale du MRC).

    Enfin, la gauche doit définir sa stratégie, en termes sociaux (quel projet appuyé sur quelles classes sociales ?), et en termes politiques (comment construire le parti de toute la gauche ?).
  • Le discours de la gauche, qui s’adressait aux « travailleurs » et aux « citoyens », s’adresse désormais à des ensembles mous, comme « les gens », « la population », ou à des populations définies négativement, comme « les plus défavorisés » ou « les exclus », voire « les victimes ». Il lui appartient de préciser à qui elle s’adresse, quelles couches sociales elle entend mobiliser positivement dans un projet de transformation.
  • En termes politiques, il faut renouveler l’équation de la gauche par un « bing bang » de toute la gauche. Rien ne serait pire que l’acquiescement à la construction d’un pôle social-libéral d’un côté et d’un pôle révolutionnaire de l’autre. C’est avec toute sa capacité de transformation et de gestion réunies que la gauche pourra peser sur l’avenir du pays, et partant, sur celui de l’Europe et du monde.
  • L’échéance de 2012 doit servir à la refondation républicaine. Il nous faut une forte structuration de la gauche. La « gauche plurielle », reprise actuellement par le groupe de liaison de la gauche, est un concept trop lâche. Des choix sont à faire sur la structure (parti, fédération, confédération), sur le mode de mise en œuvre (forums de l’unité, assises de la gauche), sur la désignation du candidat à la présidentielle (vote des militants, collège plus large), sur l’unité ou la pluralité de candidatures, etc.

    Nous débattrons de ces perspectives stratégiques, notamment avec Olivier Dartigolles (porte parole du PCF), Henri Emmanuelli (député et dirigeant socialiste), Sami Naïr (professeur de sciences politiques, secrétaire aux relations internationales du MRC) et bien sûr Jean-Pierre Chevènement (ancien ministre, président du MRC).

Lu 5510 fois


Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC