Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Samedi 14 Avril 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Ladislas Polski, secrétaire national en charge des relations internationales, le 14 avril 2018


L'émotion légitime suscitée par l'attaque chimique présumée à Douma en Syrie a donc entraîné la décision de frappes aériennes à l'encontre de la Syrie, menées la nuit dernière par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

Cette décision a provoqué une réaction ferme de la Russie: les frappes interviennent en contradiction du droit international fixé par l'Organisation des Nations Unies, qui n'autorise le recours à la force que dans trois cas de figure: résolution du Conseil de sécurité, demande d'intervention par l'État concerné, légitime défense.

La France doit faire entendre sa voix singulière de fermeté et d'apaisement, et prendre en urgence une nouvelle initiative en direction du gouvernement russe pour qu'un consensus soit trouvé dans le cadre de la légalité internationale afin d'éviter un engrenage guerrier.

Les Nations doivent avoir comme objectifs communs prioritaires d'empêcher les massacres de population civiles et de lutter  efficacement contre Daesh, foyer du terrorisme islamiste qu'il faut vaincre définitivement.

Actualités

I Publié le Mercredi 11 Avril 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 11 avril 2018


Attention danger : un train peut en cacher un autre !

La majorité à l’assemblée nationale a voté la transformation de la SNCF qui est un établissement public de l’Etat en une société anonyme à capitaux publics. L’Etablissement public consacrait le service public ferroviaire. Avec la société anonyme, c’est la consécration de la logique libérale avec la recherche de la rentabilité au détriment de la qualité de service qui sera de rigueur.

Mais surtout la société anonyme, c’est la porte ouverte ensuite à la privatisation. Le MRC s’oppose à cette réforme et s’engage pour le maintien du service public ferroviaire.

Actualités

I Publié le Mardi 10 Avril 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 10 avril 2018


Emmanuel Macron a affirmé devant la conférence des évêques de France réunie le 9avril 2018 que «Le lien entre l’Église et l’État s’est abîmé, il nous incombe de le réparer ». Cette déclaration est effarante.
Depuis 1905, il n’y a pas de lien à réparer. La laïcité garantit la liberté de conscience et place le choix religieux dans la sphère privée de chaque individu.

Emmanuel Macron se prend pour le président des évêques et oublie qu’il est le président de la République !

Aux Bernardins, il en a même oublié ce principe de base républicain : la seule communauté que reconnaît la République au delà des appartenances religieuses ou philosophiques qui relèvent du choix individuel, c’est la communauté des citoyens.

Au moment où la laïcité est mise en cause par le président de la République, le MRC réaffirme son attachement à ce principe fondamental et à la loi de 1905 qui ne doit pas être modifiée parce qu’il garantit l’accomplissement de l’article 1er de la constitution : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Mardi 3 Avril 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et ancien député-maire du Kremlin-Bicêtre, le 03 avril 2018


L'enquête préliminaire ouverte l'été dernier par le parquet de Créteil qui vise Jean-Marc NICOLLE a conduit à une perquisition des locaux de la Formation républicaine des élus (FRE), association de formation des élus du MRC. 

Passé la stupeur, une enquête interne a permis de mettre au jour l'existence de prestations au bénéfice de Jean-Marc NICOLLE pour une somme de 60 000 euros. 

À ces rémunérations qui nous interrogent, s'ajoute la découverte de notes de frais de restauration payées par Jean-Marc NICOLLE avec le compte bancaire de la fédération du MRC du Val-de-Marne pour un montant de 4500 euros, sans qu'aucune justification n'ait été fournie.  

Le MRC et la FRE ont demandé à plusieurs reprises à Jean-Marc NICOLLE des explications et entendent obtenir le remboursement de ces sommes qu'ils considèrent comme indûment versées.

Jean-Marc NICOLLE n'a fourni aucune réponse et a fui ses responsabilités en démissionnant du Mouvement Républicain et Citoyen. 
 Ces agissements conduisent aujourd'hui le MRC et l'association de formation à déposer plainte contre Jean-Marc NICOLLE pour ces faits par le truchement de leurs avocats Maîtres William BOURDON et Amélie LEFEBVRE, pour le MRC ; et Maître Romain GIRAUD, pour l'association FRE. 

Le MRC ne peut accepter ces graves manquements à l'exemplarité, à l'honnêteté et à la vertu qui sont attendues des élus et des responsables politiques. 

Comme ancien maire du Kremlin-Bicêtre et président du Mouvement Républicain et Citoyen, je n'ai pas à commenter les procédures judiciaires que je découvre à la lecture des journaux et qui ont conduit à la mise en examen de Jean-Marc NICOLLE , mais je refuse de cacher le sentiment de trahison que je ressens : trahison amicale, politique et éthique.  

Actualités

I Publié le Jeudi 29 Mars 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Paul-Henri Pillet, Secrétaire national du MRC


Retour sur une initiative de la fédération des Hauts-de-Seine.
Lundi 26 Mars, a eu lieu la 1re édition des Rencontres Républicaines. Elle a réuni pas moins de 70 personnes au théâtre de l’Agoreine de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine, 92). Cette rencontre a été organisée conjointement avec Bastien Gouly, journaliste, et la fédération du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) des Hauts-de-Seine. Elle a convié différents représentants de partis et mouvements politiques pour débattre de « Quelle force républicaine pour une France souveraine ? ».
 
Ont accepté de participer à ce débat :
Djordje Kuzmanovic, de la France Insoumise (FI), conseiller de Jean-Luc Mélenchon
Jean-Pierre Lettron, du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), conseiller municipal et 1er fédéral du MRC dans les Hauts-de-Seine (92)
Gilles Casanova, secrétaire général adjoint du Front démocrate (FD), ancien conseiller de Jean-Pierre Chevènement
Jérôme Besnard, d’Oser la France, conseiller municipal
François Morvan, secrétaire de l'Unité Nationale Citoyenne (UNC)
Martial Sciolla, président de Notre France (dont le président d'honneur est Henri Guaino)
Thibaud Lonjon, secrétaire général de l'Union Populaire Républicaine (UPR)
Danielle Goussot, du Rassemblement du Peuple Souverain pour une France Indépendante Et une République Sociale (RPS FIERS)
Jean Lévy, du Comité Valmy, blogueur et ancien syndicaliste
 
N’ont pu être présents le jour du débat mais ont envoyé leur contribution et ont soutenu la démarche :
Pierre Ouzoulias, du Parti Communiste Français (PCF), sénateur des Hauts-de-Seine, Vice-président de la commission des Affaires européennes du Sénat
Jacques Nikonoff, fondateur d'Attac et du Parti de la démondialisation (PARDEM)
 
Outre la qualité des échanges lors de ce débat, nous nous réjouissons qu’un tel événement, réunissant des militants de différents horizons, ait pu avoir lieu. Plusieurs participants ont souligné la nécessité de continuer à informer les citoyens sur le sujet de la souveraineté.
 
Nous remercions chaleureusement tous les intervenants d’avoir participé à nos côtés à ce débat. Le MRC est « un parti de gauche, républicain et souverainiste, patriote et social, qui considère qu’il faut renouer avec la transformation sociale, contre le libéralisme triomphant » (Jean-Luc Laurent, président du MRC, dans l’Est Républicain, le 25/03/2018). C’est ce que nous avons tenu à rappeler face aux autres formations politiques.
 
Nous appelons à de nouvelles initiatives semblables à celle-ci pour enfin mettre l’Union Européenne au cœur des débats à venir. Les citoyens sensibles à l’urgence sociale et à la destruction des services publics doivent absolument se saisir de ce sujet.

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Mardi 27 Mars 2018 par Mouvement Républicain et Citoyen


Billet de Christophe Mouton, Secrétaire national en charge de l'énergie


Révision de notre politique énergétique : faisons entendre la voix de l'égalité républicaine !
La commission nationale du débat public propose du 19 mars au 30 juin 2018 un questionnaire aux citoyens pour solliciter leurs points de vue et cartographier les arguments afin de préparer la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Dans ce cadre, faisons entendre la voix de l'égalité républicaine et rappelons qu'une énergie bon marché et peu émettrice de gaz à effet de serre est possible.
 
La loi sur la transition énergétique est le fruit d'un accord politique entre EELV et le PS pour les présidentielles de 2012.
Elle a conduit à une confusion sans précédent entre mesures technophiles (voitures autonomes par exemple) et décisions irrationnelles sur le mix énergétique français : limitation arbitraire et non justifiée de la puissance nucléaire pour 2025, ouverture du marché de l'électricité à la concurrence via, entre autres, la privatisation des centrales hydroélectriques dans le sillage des injonctions de la commission européenne.
 
Cette stratégie à rebours du bon sens a été durement sanctionnée dans les urnes en 2017 : certains socialistes se sont peut-être convertis au social libéralisme mais la Gauche ne saurait être libérale, encore moins libertaire.
 
Celle-ci doit se refonder sur ses valeurs républicaines et rappeler ce qui la différencie de la droite : la primauté accordée à la valeur de l'Egalité. La question de l'égalité d'accès à l'énergie est une question essentielle pour nos concitoyens, un impératif catégorique en matière de service public ! Nous devons unanimement réaffirmer notre volonté d'aller vers une énergie décarbonée accessible à tous, et travailler en priorité à réduire le charbon et le pétrole dans les transports et pour le logement.
 
Le nucléaire est un atout français dans ce débat ! Notre plus grande faiblesse actuellement, c'est la spéculation financière sur les énergies renouvelables générée par de faramineuses subventions publiques, qui ont pour conséquence l'importation massive de matériels à bas coûts de l'étranger, dont la fabrication génère de très lourdes émissions de C02 et autres gaz à effet de serre (GES), le tout dans des conditions de travail que nous ne tolèrerions pas en France.
 
Lors des dernières vagues de froid, la France a importé massivement de l'électricité étrangère provenant de centrales thermiques à gaz et au charbon. L'éolien était présent par intermittence, le solaire absent quand il faisait nuit et certaines centrales nucléaires à l'arrêt pour raisons de maintenance ou de mise en œuvre de travaux de sécurité demandées par l'Autorité de sûreté nucléaire. Résultat: nos centrales thermiques ont tourné à plein régime. La France doit investir à nouveau dans son infrastructure énergétique pour tenir ses engagements de contribution à la sauvegarde du climat et sa souveraineté énergétique et industrielle.
Faudra-t-il à nouveau acheter des plans de centrales nucléaires étrangères lorsque nous constaterons, trop tard, que nous sommes déjà dans le mur?
 
Je vous appelle à répondre à ce questionnaire et à faire passer un message réaliste et de raison dans le cadre du débat sur la PPE.



Lien vers la consultation officielle : http://armadiyo.com/debat-public-ppe/questionnaire.php

Lien vers le site dédié : https://ppe.debatpublic.fr/
 
 
 
1 2 3 4 5 » ... 174
Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC