Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Dimanche 10 Novembre 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


La Gauche Républicaine et Socialiste (GRS) dénonce tous les racismes, et notamment ceux qui prennent pour prétexte la religion. Elle condamne fermement l’attitude de l’élu d’extrême droite qui s’en est pris à une mère, devant son enfant, alors qu’elle n’avait enfreint aucune loi ni règlement.Le dénigrement, la discrimination et l’hostilité à l’encontre de nos compatriotes de confession musulmane en cours dans certains milieux, partis et médias sont intolérables.

La République française doit s’y opposer de toutes ses forces, en faisant vivre ses principes de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Elle doit aussi poursuivre sans relâche et punir avec la plus extrême sévérité les criminels qui attentent à la liberté de culte et à la vie des croyants, comme cela s’est produit à Bayonne le 28 octobre dernier.

Des intellectuels progressistes, des formations politiques et des organisations de défense des Droits de l’Homme ont voulu alerter l’opinion sur le grave danger que courrait notre pays en s’abandonnant de nouveau, malgré les enseignements de l’Histoire, au poison des guerres de religion. Nous partageons leur indignation et nous leur témoignons notre fidèle amitié.

Mais la GRS ne peut s’associer à l’appel rédigé en vue de la manifestation organisée le 10 novembre prochain. Des formulations avec lesquelles nous sommes en profond désaccord y donnent à croire que la critique d’une religion serait assimilable, en tant que telle, à du racisme. Nous ne pensons pas, en particulier, que soient « liberticides » les lois de 2004 sur l’interdiction du port de signes religieux ostensibles à l’école ; et de 2010 sur l’interdiction de se couvrir le visage dans l’espace public.

Comme l’écrasante majorité des Français, la GRS soutient ces lois. Elle relève enfin que parmi ceux qui manifesteront dimanche, certaines personnalités et organisations portent un programme de régression de la laïcité, visant à instaurer une primauté de la foi sur la loi et un statut de la femme incompatibles avec les valeurs de notre République.

Militante pour une République en actes, émancipatrice partout et pour toutes et tous, la GRS appelle la gauche et les républicains sincères à mener le double combat qu’impose la situation :

• Contre toutes les tentatives d’imposer à la République des statuts particuliers bafouant ses principes, dont l’islam politique est l’une des indiscutables manifestations,

• Pour le respect dû à chacune et chacun d’entre nous, quelle que soit son origine, son genre, son orientation sexuelle, ses opinions ou sa religion.

Actualités

I Publié le Mardi 29 Octobre 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 26 octobre 2019


Je soutiens le mouvement national des hôpitaux publics et services d’urgence confrontés à des suppressions d’emplois, aux fermetures de lits d’hospitalisation et le comble : lorsque des emplois sont ouverts, ils ne sont pas pourvus !
Depuis le printemps dernier, les services d’urgences sonnent l’alarme comme à l’hôpital Bicêtre et ne sont pas entendus. Les annonces du gouvernement ne sont que des rustines. De nouvelles restrictions budgétaires sont prévues avec le projet de loi de financement de la sécurité sociale en cours d’examen au parlement.
Ancien président de la commission de surveillance des Hôpitaux Universitaires Paris Sud de l’APHP, et Conseiller municipal du Kremlin-Bicêtre, j’alerte depuis des années sur la dégradation des moyens de fonctionnement de l’hôpital public et des services d’urgences, et sur la dégradation des conditions de travail des personnels hospitaliers. Des recrutements sont nécessaires et les salaires doivent être revalorisés. Cette politique de réduction de la dépense publique et des services publics est devenue totalement insupportable et met en cause la capacité des hôpitaux publics à mener à bien leur mission de soins et de la conduire en sécurité.
Je suis solidaire des personnels des services d’urgence rassemblés dans le collectif Inter urgences. Connaissant tout particulièrement l’hôpital Bicêtre et son service d’urgence, je connais les difficultés pour assurer un accueil de qualité des patients et je leur adresse à nouveau mon soutien.
Je signe naturellement cette pétition adressée avec la lettre ouverte au Président de la République. Je vous appelle à la signer en cliquant ici.

Actualités

I Publié le Mardi 17 Septembre 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


Billet de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 17 septembre 2019


Les nouvelles annonces du gouvernement en réponse à la grève des urgences qui dure depuis six mois et concernent maintenant 250 services d'urgence à travers toute la France, ont été rejetées par les personnels soignants. C'est un flop.


La ministre a écarté la revalorisation des salaires et l'ouverture de nouveaux lits. Le collectif Inter-Urgences a voté la poursuite du mouvement car il considère que "le plan, c'est du flan". Le plan d'Agnès Buzyn reste dans la logique comptable que nous connaissons depuis des années et n'apporte pas de solutions immédiates aux difficultés des services des urgences. Il ne propose pas non plus une perspective d'avenir pour l'hôpital public et les services d'urgence.

Le plan du gouvernement qui est présenté comme un pacte de refondation, n'en n'est pas un. Il s'étale jusqu'à 2024 et comprend des mesures comme le nouveau service d'accès aux soins en unifiant les numéros d'appels. C'est intéressant mais déjà annoncé dans le passé et difficile à mettre en place. Au-delà, le financement avancé est surtout constitué de redéploiements budgétaires. 630 millions d'euros sur les 750 millions annoncés concernent "des renforts en ville, comme à l'hôpital, de médecins et de soignants" alors qu'il faut surtout des créations de postes et des ouvertures de lits pour accueillir les patients dans de bonnes conditions et en particulier les personnes âgées qui doivent trop souvent patienter aux urgences faute de lits en nombre suffisant.

Par ailleurs, les annonces sur les maisons médicales de garde, qui sont utiles pour réduire la charge qui pèse les urgences, ne sont que la reprise des annonces précédentes et sont à l'évidence insuffisantes.

Une autre politique est nécessaire. Il faut d'abord rompre avec la logique comptable et la baisse de la dépense publique qui ont abouti à une diminution importante de la protection sociale et des moyens pour le fonctionnement de l'hôpital public. On ne peut améliorer la situation des services d'urgence à moyens identiques et il est temps de revaloriser les métiers de la santé.

Au Kremlin-Bicêtre, l'hôpital manque de personnels et les postes vacants restent non pourvus en raison des niveaux de salaires proposés. Cette situation aboutit à fermer des lits d'hospitalisation et à réduire l'accueil de patients. C'est une aberration totale. Une manifestation avait lieu à Paris le 11 septembre 2019 pour protester contre les mesures annoncées par le gouvernement qui sont considérées comme totalement insuffisantes. Je m'y suis rendu pour apporter, à nouveau, mon soutien aux personnels médicaux et soignants.

Vous aussi, soutenez leur action pour une santé de qualité et signez la pétition du collectif Inter-Urgence en cliquant sur ce lien 

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Lundi 2 Septembre 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


Le billet de Jean-Luc Laurent, Président du MRC



Pour bien commencer cette nouvelle année de notre action politique, je vous appelle à participer le week-end prochain à nos Universités de Rentrée.  Ce sera l'occasion de nous armer sur les enjeux de cette rentrée, de préparer les réponses pour combattre le néolibéralisme qui démantèle la France, réduit nos services publics et brade notre patrimoine national avec les privatisations. Une rupture est nécessaire avec cette politique qui se met au service de la financiarisation de l'économie et de la mondialisation libérale. Nous voulons que la France se mette en situation de réguler, de se protéger et de maîtriser sa souveraineté et son avenir.

Nos Universités de Rentrée seront aussi l'occasion d'échanger avec les militants de la Gauche Républicaine et Socialiste de toute la France et de nous retrouver dans un cadre convivial à Rochefort en Charente-Maritime.

Le programme des Universités de Rentrée de Nos Causes Communes et de la GRS les 6, 7 et 8 septembre 2019 que vous trouverez ci-dessous, annonce des débats passionnants. Je vous encourage à y participer. Vous pouvez vous inscrire maintenant en cliquant sur le lien ci-dessous.

À partir de Nos Universités de Rentrée auxquelles participeront des représentants de toutes les forces de la gauche et des écologistes, la Gauche Républicaine et Socialiste veut faire émerger un Nouveau Front Populaire pour porter une alternative au néolibéralisme.

Combattre le néolibéralisme est une nécessité immédiate de la rentrée dans trois domaines.  Tout d'abord, obtenir le référendum en menant campagne pour recueillir les signatures nécessaires afin de mettre un coup d'arrêt à la privatisation d'Aéroport de Paris et au delà des entreprises publiques qui sont le patrimoine de la nation. Ensuite, la mobilisation contre la réforme des retraites qui met en cause la retraite par répartition, va diminuer les pensions et recule l'âge de la retraite. Enfin, nous soutenons la grève des urgences et plus largement l'hôpital public pour obtenir les moyens d'assurer une meilleure prise en charge des patients aux urgences et à l'hôpital, et pour donner de meilleures conditions de travail aux personnels ce qui est aussi la condition d'une santé de qualité. Ce sont les campagnes que nous devons mener en cette rentrée. C'est en articulant étroitement programme pour une alternative au libéralisme auquel nous allons travailler durant nos Universités de Rentrée et mobilisations sur des enjeux de vie quotidienne que nous serons utiles à la France et pour redonner du sens à la gauche.
 

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Lundi 5 Août 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


Billet de Jean- Luc Laurent, président du MRC


Y’a urgence pour les urgences !
Solidarité avec les services des urgences des hôpitaux qui sont toujours en grève depuis le printemps. La réponse du gouvernement n’est pas à la hauteur des besoins des services des urgences et oppose les urgences aux autres services des hôpitaux.
213 services d’urgences dont les urgences de l’hôpital Bicêtre, selon le collectif Inter-urgences sont en grève actuellement en France pour obtenir plus de lits, des embauches supplémentaires et des hausses de salaires pour les personnels actuellement sous payés. Je soutiens leurs revendications. 

Depuis des années, nous sommes nombreux à alerter sur la politique d’austérité et la logique comptable qui sont imposées par les gouvernements successifs au nom de la diminution de la dépense publique, de la réduction des déficits publics et d’une politique de recettes des hôpitaux fondée sur la T2A (tarification à l’activité) totalement inadaptée. 
Il faut donner aux services des urgences les moyens d’accomplir leur mission et de bien accueillir les patients. Il faut donner également à l’hôpital public les moyens d’assurer l’accès de tous les citoyens au droit à la santé. 

La grève des personnels hospitaliers nous rappellent qu’il y a urgence !
« Ce n'est pas parce que l'on fait grève que vous attendez. C'est parce que vous attendez que nous faisons grève » disent-ils très justement !
Soutenons les urgentistes !
Signez la pétition en cliquant ici
1 2 3 4 5 » ... 227
Abonnez-vous à la newsletter




Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC




Suivez le MRC sur Facebook