Actualités

I Publié le Mercredi 14 Avril 2021 par Mouvement Républicain et Citoyen


Le Mouvement Républicain et Citoyen s’engage avec Arnaud Montebourg pour un patriotisme qui nous rassemble.


La France entre dans un monde radicalement nouveau. La pandémie, la crise sociale et économique, la dépendance aux grandes puissances et aux multinationales, le démantèlement des services publics, l’enrichissement débridé du monde de la finance au détriment du travail, la faillite de la construction néolibérale de l’Union européenne, le réchauffement climatique sont autant de bouleversements quotidiens auxquels nous sommes confrontés collectivement et qui frappent d’autant plus fortement les plus modestes.

Pour relever ces défis efficacement, nous avons besoin d’une volonté politique forgée avec les citoyens pour la reconquête de notre souveraineté, la relocalisation de notre industrie, la reconstruction de notre indépendance économique et énergétique, la mobilisation de notre agriculture pour garantir des revenus décents aux agriculteurs et notre sécurité alimentaire, la reconstruction de l’autorité de l’État et de la démocratie représentative, le développement d’une recherche et d’une éducation réellement publiques, l’affirmation de notre République laïque et sociale sur tout le territoire, l’engagement pour une écologie populaire qui n’oppose pas la fin du monde à la fin du mois de nos concitoyens.

La France est notre première préoccupation. Nous la partageons avec tous les Français, qui aspirent à retrouver leur pouvoir de vivre et le contrôle de leur destin commun.

L’élan humaniste de notre nation n’est pas mort. La gauche républicaine a toujours refusé de renoncer à cet idéal. Nous sommes fiers d’être Français. Nous le sommes d’autant plus que nous savons que cette fierté est partagée dans le pays par les citoyens.

Face aux stratégies liées d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui veulent réitérer le duel de 2017 et pour construire une alternative crédible, résolument républicaine et de gauche dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, le Mouvement Républicain et Citoyen souhaite qu'Arnaud Montebourg présente sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Dès à présent, le conseil national du MRC a décidé de lui apporter son soutien et appelle tous les citoyens qui ont en commun la justice sociale et la République comme horizon, à s’engager.

« Arnaud Montebourg est l’homme de la situation pour incarner la puissance d’un patriotisme qui nous rassemble : celui qu’on oppose au défaitisme ambiant et aux têtes courbées des libéraux qui veulent nous vendre à la découpe. Celui également qui se distingue des nationalistes identitaires qui attisent et entretiennent les peurs et les haines recuites pour mieux diviser les Français. Arnaud Montebourg est l’homme de la rupture dont la France a besoin et est capable de rassembler », déclare Jean-Luc Laurent, président du MRC, maire du Kremlin-Bicêtre.

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Lundi 1 Février 2021 par Mouvement Républicain et Citoyen


A télécharger au format pdf en bas de page.


Bulletin de don 2021
2_don_2021.pdf 2-DON 2021.pdf  (346.08 Ko)

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Vendredi 29 Janvier 2021 par Mouvement Républicain et Citoyen


A télécharger au format .pdf en bas de page.


Article n°1221

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Vendredi 1 Mai 2020 par Mouvement Républicain et Citoyen


Billet de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 1er mai 2020


1er mai 2020 : confinés mais toujours mobilisés !
En raison de la pandémie, ce 1er mai 2020, nous ne pourrons pas nous retrouver dans les cortèges pour manifester et soutenir les revendications du monde du travail à l'occasion de la journée internationale des travailleurs.

Nous sommes confinés mais toujours mobilisés. Car la crise sanitaire se double d'une crise économique et sociale, et révèle les dégâts de la mondialisation que nous subissons : chômage de masse, précarité et inégalités sociales, perte de pouvoir d'achat et salaires en berne, remise en cause du droit du travail, délocalisation de notre industrie qui ne compte plus que trois millions de salariés, contre le double lorsque le mouvement de désindustrialisation a été enclenché au profit des pays à bas coûts dans les années 80.

Tirer les leçons de cette crise qui montre notre dépendance, c'est reconquérir notre souveraineté, c'est agir pour la revalorisation du travail et en particulier pour les métiers invisibles hier qui sont aujourd'hui en première ligne en prenant souvent des risques pour leur santé et qui ont permis à notre pays de ne pas s'écrouler. C'est aussi rebâtir notre système de santé et l'hôpital public qui subissent depuis des années les politiques d'austérité européennes et le pacte de stabilité. Notre système de santé a failli s'effondrer. Il a tenu grâce à la mobilisation des soignants et à leur conscience professionnelle, à notre mobilisation à tous en respectant le confinement. La fermeture de lits et l'insuffisance de moyens en personnels subies ces dernières années — j'en sais quelque chose avec l'hôpital Bicêtre — ont mis notre système de santé en extrême tension. Un plan pour l'hôpital public (avec recrutements et revalorisation salariale, ouverture de lits, investissements, et réforme de la T2A) et pour les services d'urgences est plus que jamais une nécessité absolue.

Évidemment la relocalisation de nos industries et une nouvelle politique industrielle, la défense de notre agriculture, la reconstruction de notre indépendance économique, énergétique, scientifique, et la lutte contre le changement climatique et les gaz à effet de serre seront les priorités qui devront faire l'objet d'une planification pour redresser la France.

La crise économique et sociale qui va se poursuivre après le déconfinement nécessitera une politique active de solidarité nationale, le soutien à la consommation et au pouvoir d'achat par une politique économique de la demande et la monétisation de la dette par la Banque Centrale Européenne. C'est un changement radical qui doit s'opérer pour que le jour d'après ne soit pas le recommencement du jour d'avant !

Localement, nous aurons aussi à inventer de nouvelles solidarités. C'est ce à quoi nous réfléchissons avec les Ateliers Kremlinois.

Les politiques d'austérité pour faire payer la sortie de crise aux salariés et au monde du travail qu'on entend déjà, et la dégradation des conditions de travail et de vie qui se mettent déjà en place avec les ordonnances prises pour l'urgence sanitaire appellent notre vigilance et notre mobilisation en ce 1er mai 2020 qui reste, malgré le confinement, la fête du travail et des travailleurs.

Le Mouvement Républicain et Citoyen

I Publié le Dimanche 10 Novembre 2019 par Mouvement Républicain et Citoyen


La Gauche Républicaine et Socialiste (GRS) dénonce tous les racismes, et notamment ceux qui prennent pour prétexte la religion. Elle condamne fermement l’attitude de l’élu d’extrême droite qui s’en est pris à une mère, devant son enfant, alors qu’elle n’avait enfreint aucune loi ni règlement.Le dénigrement, la discrimination et l’hostilité à l’encontre de nos compatriotes de confession musulmane en cours dans certains milieux, partis et médias sont intolérables.

La République française doit s’y opposer de toutes ses forces, en faisant vivre ses principes de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Elle doit aussi poursuivre sans relâche et punir avec la plus extrême sévérité les criminels qui attentent à la liberté de culte et à la vie des croyants, comme cela s’est produit à Bayonne le 28 octobre dernier.

Des intellectuels progressistes, des formations politiques et des organisations de défense des Droits de l’Homme ont voulu alerter l’opinion sur le grave danger que courrait notre pays en s’abandonnant de nouveau, malgré les enseignements de l’Histoire, au poison des guerres de religion. Nous partageons leur indignation et nous leur témoignons notre fidèle amitié.

Mais la GRS ne peut s’associer à l’appel rédigé en vue de la manifestation organisée le 10 novembre prochain. Des formulations avec lesquelles nous sommes en profond désaccord y donnent à croire que la critique d’une religion serait assimilable, en tant que telle, à du racisme. Nous ne pensons pas, en particulier, que soient « liberticides » les lois de 2004 sur l’interdiction du port de signes religieux ostensibles à l’école ; et de 2010 sur l’interdiction de se couvrir le visage dans l’espace public.

Comme l’écrasante majorité des Français, la GRS soutient ces lois. Elle relève enfin que parmi ceux qui manifesteront dimanche, certaines personnalités et organisations portent un programme de régression de la laïcité, visant à instaurer une primauté de la foi sur la loi et un statut de la femme incompatibles avec les valeurs de notre République.

Militante pour une République en actes, émancipatrice partout et pour toutes et tous, la GRS appelle la gauche et les républicains sincères à mener le double combat qu’impose la situation :

• Contre toutes les tentatives d’imposer à la République des statuts particuliers bafouant ses principes, dont l’islam politique est l’une des indiscutables manifestations,

• Pour le respect dû à chacune et chacun d’entre nous, quelle que soit son origine, son genre, son orientation sexuelle, ses opinions ou sa religion.
1 2 3 4 5 » ... 227
Abonnez-vous à la newsletter




Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC




Suivez le MRC sur Facebook