Actualités
Publié le Vendredi 27 Octobre 2017 par

Face à l'engrenage de l'indépendance de la Catalogne, affirmer la légitimité démocratique des Nations.


Mots-clés : république

Communiqué de Ladislas Polski, Secrétaire national aux relations internationales, le 27 octobre 2017


Un engrenage délétère a commencé depuis l'organisation du "référendum" sur l'indépendance de la Catalogne conduisant à une déclaration d'indépendance par le Parlement catalan le 27 octobre.
 
Si on a pu déplorer les incidents violents survenus entre la police et certains votants et manifestants le jour du vote, il est évident que le référendum tel qu'il a été organisé ne procède pas d'une démarche démocratique: contraire à la Constitution d'un État de droit, il n'a donc pas pu être organisé dans un cadre légitime.
 
Le gouvernement espagnol, quoi qu'on pense par ailleurs de sa politique intérieure, serait fondé à s'appuyer sur la Constitution démocratique de son pays pour prendre les mesures qu'elle prévoit, si l'exécutif catalan s'orientait vers une proclamation d'indépendance, alors qu'on vient d'apprendre que M. Puigdemont n'envisageait pas de nouvelles élections régionales.
 
Au-delà, il faut voir que la volonté d'affirmation linguistique et culturelle, très vive en Catalogne, s'accompagne d'un rejet plus préoccupant du principe de solidarité nationale entre une région riche et le reste de la nation.
Ce séparatisme, teinté d'une forme d'égoïsme de riches, apparaît comme une revendication inquiétante qui émerge en Espagne comme dans d'autres pays européens: l'Histoire a montré que ces velléités séparatistes portaient souvent les germes de conflits armés.
 
La République française, porteuse depuis très longtemps pour son territoire national de l'exigence d'unité et d'indivisibilité, doit affirmer en Europe et dans le monde la pertinence des Etats-nations pour répondre aux enjeux complexes de notre temps.
Même si les coopérations et les organisations internationales doivent sans cesse être développées, la Nation reste le cadre légitime de l'affirmation de la démocratie et de la solidarité: on ne saurait accepter une désagrégation "par le bas" de plusieurs nations européennes.



Une Europe des Nations est la perspective qu'il faut conserver pour maîtriser et réguler la globalisation libérale.
 

Lu 1281 fois

Ladislas Polski
Secrétaire National aux relations internationales et européennes En savoir plus sur cet auteur

Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC