La Fédération

par Christophe GACHE le Lundi 26 Juin 2017 à 12:21


C’est la fausse bonne idée de l’année que vient de prendre la ville d’Alès ! En effet, la municipalité alésienne a choisi de piétonniser tous les samedis une grande partie du centre-ville. Si au premier abord l’idée semble sympathique, lorsque l’on réfléchit deux secondes et lorsque l’on connait les problèmes récurant de stationnement dans la cité cévenole, cette décision est d’une stupidité absolue notamment pour le commerce alésien.


Piétonnisation du centre-ville d’Alès le samedi : Un clou de plus sur le cercueil des commerçants
Le casse-tête du stationnement qui décourage de plus en plus de clients et de citoyens

Se garer (et se garer hors tarif Vinci) en centre-ville d’Alès demeure parfois un véritable exploit et notamment le samedi matin, jour de marché. Tout ceci décourage de plus en plus de consommateurs qui préfèrent aller en périphérie faire leurs courses et donc dépenser l’argent qu’ils auraient pu dépenser auprès des commerçants alésiens. Le centre-ville se meurt, les commerces ferment les uns après les autres, mais qu’à cela ne tienne... un subtil turn-over des enseignes est prévu pour que cela ne soit pas trop visible.  
                                                                                                                                                                                  Hors contexte commercial, les citoyens qui doivent se rendre chez des professionnels de santé localisés en centre-ville vont devoir se garer très loin pour avoir accès aux locaux de ces derniers. Il en va de même pour les habitants du cœur de ville qui reçoivent de la famille ou des amis, avec la piétonisation, ces derniers vont devoir se garer au diable vauvert (ne parlons pas des personnes âgées et de ceux qui ont des difficultés pour se déplacer).
 

La Fédération

par Christophe GACHE le Samedi 6 Mai 2017 à 16:29


Venez nous rencontrer !


En route pour les législatives 2017

La Fédération

par Christophe GACHE le Mardi 4 Avril 2017 à 11:14


Les friches ludiques et économiques de l'agglomération d'Alès
Pendant que certains se réunissent dans le cadre des Etats Généraux du cœur de ville d’Alès, d’autres constatent qu'il y a des friches ludiques et économiques qui sont situées en périphérie.

 

Il y a encore quelques mois, Alès Agglomération avait le projet faramineux de développer un golf de 18 trous à Saint Hilaire de Brethmas, un projet élitiste dont peu d’habitants de l’agglomération auraient pu profiter. La présidence de l’agglo a pris acte et s’est émue de la décision de rejet de ce projet de golf suite au référendum local qui a eu lieu, par contre elle a beaucoup plus de difficultés à s’émouvoir de la fermeture et de l’abandon du Club de Deaux avec notamment une piscine et un mini-golf qui sont entrain de se délabrer. 

     

Loin d’être un dossier conflictuel, le rachat ou la préemption de ce site touristique et ludique pourrait satisfaire tout le monde et cela permettrait la création de quelques emplois.

 
A quand les Etats Généraux de la périphérie du cœur de ville d’Alès ?

La Fédération

par Christophe GACHE le Dimanche 5 Mars 2017 à 14:40


Réaction suite à la renonciation de Patrice PRAT, Législatives 2017

La Fédération

par Christophe GACHE le Vendredi 24 Février 2017 à 09:01


Nos camarades Sébastien SAGUER et Floriant ROQUES se sont rendus à la conférence organisée par l’association Laïcité 30.


Le MRC 30 était présent à la conférence « La laïcité, levier vers la citoyenneté »
L’introduction de la thématique par le président de l’association, Laurent POULAIN, a été l’occasion de mettre en avant cette valeur républicaine pour la formation de « citoyens éclairés ». Cette expression, est empruntée à Condorcet, ce révolutionnaire français qui fut député à la Convention et qui a ouvert la voie vers la création d’une école publique laïque, bien que n’utilisant pas ce terme à l’époque.
 
Après un long cheminement, c’est à la fin du XIXe siècle, et avec la consolidation du régime républicain comme modèle politique que l’école a pu devenir gratuite, obligatoire et laïque. Grâce à la démocratisation de l’enseignement, et par la reconnaissance des libertés publiques, s’est forgé de façon progressive un esprit citoyen dans notre pays.
 
Cet attachement à la République se retrouve dans notre histoire qui a été marquée en 1905 par la séparation des Eglises et de l’Etat, pour surmonter ainsi les conflits religieux.
 
Les intervenants, David VALLAT et Hocine DROUICHE, par la richesse de leurs échanges avec le public, ont témoigné des véritables difficultés du chemin à suivre pour réaffirmer la laïcité comme élément commun à la vie en société, que l’on soit croyant ou non-croyant.
 
Le premier, d’abord engagé dans les causes humanitaires au Proche-Orient, il voulait agir sur le terrain, au final c’est plutôt le terrain qui avait agit sur lui. Il a ensuite su dépasser un basculement dans la radicalité religieuse par sa curiosité et son intelligence. A l’appui de réflexions philosophiques sur la place de l’homme dans la société, et avec des références certaines il nous a rappelé une vision humaniste puis l’importance des valeurs universelles des Lumières. Il s’est défini avant tout comme un citoyen, attaché à la liberté et à l’égalité des droits que nous garantit une République laïque.
 
Le second, en sa qualité d’Imam de Nîmes, défend une conception ouverte de la religion, qui serait un islam « de France », et c’est pourquoi il invite les responsables religieux à adopter un discours républicain. Sur le terrain, il déplore malheureusement un sentiment d’abandon et une « anarchie » autour de l’organisation des pratiques religieuses.
 
Pour conclure, à travers cette thématique, l’on reconnaît également les valeurs du MRC pour affirmer une gauche laïque, en particulier pour les établissements d’enseignement public. C’est pour nous assurer l’émancipation de l’homme, et surtout protéger les élèves des discours identitaires fondés sur une appartenance ethnique ou religieuse, vraie ou supposée, qui encouragent le communautarisme et divisent la société française.
 
Enfin, n’oublions pas que nos responsables politiques ont une lourde responsabilité en n’assumant pas clairement cet héritage, soit par clientélisme, soit parce qu’ils ne croient plus en l’idée républicaine.
 
Le MRC 30 continue à affirmer ces valeurs avec force et intransigeance. Pour une République laïque, sociale et patriote.
 
photo_conference.jpg Photo conférence.jpg  (52.13 Ko)
1 2 3 4 5 » ... 18
Dernières actualités du MRC