Actualités
Publié le Samedi 6 Septembre 2008 par

Ouverture de l'université d'été du Mouvement Républicain et Citoyen



Discours de Jean-Luc Laurent, Secrétaire national à l’organisation du MRC, Université d’été de Belfort, 6 septembre 2008.


Jean-Luc Laurent
Jean-Luc Laurent
En guise d’introduction, je souhaite, naturellement, remercier Etienne Butzbach, Maurice Schwartz et toute l’équipe du MRC du Territoire de Belfort pour la qualité de l’accueil et de l’organisation dont ils nous gratifient pour ce week-end de réflexion collective.

D’entrée, je souhaite vous confesser une chose : pour le militant chevènementiste que je suis– c’est une appellation d’origine contrôlée ! – venir à Belfort produit toujours des sensations particulières et nous procure à tous, un réel plaisir. Pour ma part, je puis témoigner, avec une objectivité qu’aucun d’entre vous ici ne saurait contester, que cette ville a évolué de manière remarquable, de manière exemplaire, sous l’impulsion de Jean-Pierre Chevènement. En déambulant aujourd’hui le long des quais colorés de la Savoureuse, nous n’imaginons plus le chemin qui nous sépare de la ville de garnison austère d’autrefois. Pourtant ce destin n’était en rien acquis. Belfort a connu la crise industrielle et une mutation économique et sociale qui aurait pu s’avérer fatale.

Accueillant ce week-end l’université d’été du MRC, Belfort atteste aujourd’hui encore qu’elle n’a rien perdu de son caractère d’insoumission et de résistance ! Disons-le sans abuser d’immodestie, notre mouvement demeure, à bien des égards, le Vauban de la gauche. Un rempart contre la bien-pensance qui imagine pouvoir s’affranchir de la plus noble des conquêtes politiques : la République.

Nous ne saurions pourtant nous satisfaire de nos capacités défensives. Le thème que nous avons choisi d’explorer ensemble pour les deux jours à venir nous invite à passer à l’offensive : « L’état de la gauche et les perspectives de sa refondation » : voilà un programme ambitieux dans le contexte de disette doctrinale dans lequel la gauche se trouve enlisée.

Convenons-en, le thème de nos réflexions se trouve singulièrement en phase avec l’actualité. Quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, je me dis qu’on a raison de penser ce qu’on pense. Face aux petites phrases, aux oppositions pavloviennes, aux intrigues de coulisses, aux coalitions improbables, le peuple se trouve orphelin d’une gauche solide, sérieuse, proposant une alternative. il faut calmer les esprits, gagner en sérénité, prendre de la hauteur. Pour mémoire, un sacre, fut-il célébré à Reims, n’offre aucune garantie à long terme… Pour Charles X, le règne ne dura pas longtemps avant que ne surviennent les Trois Glorieuses.

Lorsque la gauche aura enfin pris conscience qu’il est désormais urgent d’articuler la pensée et l’action, nous aurons fait un grand pas vers la refondation de la gauche. Nous ne pouvons plus faire l’impasse sur une analyse globale de la réalité économique, sociale, géopolitique qui nous entoure. Les calculs de boutique permettent parfois d’assurer l’alternance et de faire illusion, mais c’est la pensée qui prépare de manière opérante le changement et le rend possible !

Nous aurons l’occasion de le constater encore ce week-end, à l’Ouest – il ne vous a pas échappé que j’évoquais Royan – rien de nouveau ! La confusion et l’inconséquence se disputent les premiers rôles. Au-delà des péripéties parfois grotesques, souvent préoccupantes, qui caractérisent la pratique du pouvoir du Président Sarkozy, l’orientation politique qu’il prescrit pour notre pays est alarmante. Au moment précis où s’effondrent un à un les dogmes libéraux qui ont précipité le monde dans la crise que nous connaissons aujourd’hui, le locataire de l’Elysée a multiplié les décisions contradictoires et les annonces incompatibles : l’Atlantisme triomphal de son début de mandat vient de se détourner sur le chemin de Damas, la diplomatie des Droits de l’Homme reçoit en grande pompe le leader libyen, le Président du pouvoir d’achat est devenu celui de la vie chère, le logiciel prétendument républicain du candidat entérine la reconnaissance dans langues régionales dans la Constitution, l’europhile intrépide croise régulièrement l’Europe du commissaire Mandelson, le libéral décomplexé nomme désormais les directeurs des radios et de la télévision publique. A chaque fois, le Président, armé de son verbe péremptoire, vient de rencontrer la réalité. Dans ce théâtre d’ombres, Ubu roi a trouvé son successeur.

Ne voit-on pas le risque qu’il y a, là, droit devant nous ? Lorsque le plus habile des faiseurs, le plus inconséquent des illusionnistes, en aura terminé avec son narcissisme, que restera-t-il, dans l’imaginaire du peuple, de la dignité de la fonction d’élu ? Que restera-t-il de la puissance symbolique d’une République que le premier d’entre nous aura pipolisé, et au final, profondément déshonoré ?

A gauche, il nous revient de reprendre la barre, d’étudier la carte et de définir un cap. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de réagir au coup par coup et de naviguer à vue au fil de l’eau. Le scandale de la privatisation de la Poste par exemple doit nous inviter à comprendre la genèse d’une telle capitulation. Comment, et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? L’abandon des services publics procède de choix politiques dont la gauche ne peut raisonnablement se désolidariser pour la simple et bonne raison qu’elle y participa plus qu’à son tour. Du « ni… ni… » des années 80 aux directives européennes sur les services publics, ne voit-on pas les liens par lesquels la gauche établie s’est assujettie ? C’est de cette servitude intellectuelle dont nous devons nous défaire.

Un autre exemple, lui aussi révélateur, lui aussi criant d’actualité. Je veux parler du Revenu de Solidarité Active (ou RSA pour les plus familiers). Le Parti Socialiste et le Parti Communiste ont choisi de condamner bruyamment cette mesure annoncée la semaine dernière par Nicolas Sarkozy. C’est omettre lourdement que ce dispositif était inscrit dans le projet de la candidate socialiste il y a à peine plus d’un an… . Est-ce véritablement le choix politique qui se trouve contesté ou bien sa provenance ?

Pour construire le projet de demain, nous devons collectivement aider la gauche à se concentrer sur l’essentiel : bâtir une réflexion, une idéologie sérieuse qui soit en phase avec ses principes originels aujourd’hui désertés, et en phase avec les problématiques de notre temps.

Pour ce qui nous concerne, le Mouvement Républicain et Citoyen a engagé un cycle nouveau depuis le Congrès du Kremlin-Bicêtre. Depuis, beaucoup de choses se sont déjà passées : la nouvelle direction est au travail. En témoignent le nouveau site internet, la refonte du journal Citoyen militant, les textes élaborés par le Secrétariat National et bien entendu, le nouveau siège national près de la gare de Lyon dans lequel nous pourrons nous installer dans quelques semaines. Nous sommes au travail. nous ne sommes pas en capacité de nous satisfaire d’avoir, je le crois, défini le corpus idéologique le plus complet, le plus juste, le plus pertinent. Au-delà, nous sommes contraints de constater que notre discours n’est pas entendu, écouté, identifié avec force. Soyons lucides et humbles : le réel nous a donné raison, mais nous sommes souvent les seuls à le savoir ! Nous devons apprendre à nous faire connaître et à diffuser nos idées. Le peuple a besoin de nous.

Je veux porter ici un message d’espoir. Nous ne sommes pas seuls. Réjouissons-nous, puisque la mode semble être revenue aux apprentissages fondamentaux à l’école. Le temps est donc venu pour la gauche de retrouver sa grammaire, ses fondamentaux ! Jules Michelet écrivait en 1847 : « L’esprit de la Révolution, […] en lui seulement la France eut conscience d’elle-même. Dans tout moment de défaillance où nous semblons nous oublier, c’est là que nous devons nous chercher, nous ressaisir. »

Se ressaisir, se ressourcer, voilà l’enjeu aujourd’hui. Pour cela, nous devons mobiliser notre énergie pour comprendre le monde et proposer aux citoyens Français le projet dont nous avons besoin. Si j’évoque à dessein cette référence à la Révolution Française, c’est parce que, pour tout Républicain, elle demeure le phare qui permet de se retrouver au milieu de la tempête. Oui, Michelet a raison, nous devons aujourd’hui encore, puiser et nous inspirer de nos aînés. Non pas pour transposer en bloc des solutions d’hier, mais pour prendre la mesure de l’état d’urgence dans laquelle notre République se trouve aujourd’hui. Il suffit de lire et de relire les discours des grands orateurs et parlementaires de la phase révolutionnaire pour être saisi d’une chose : l’urgence pour eux ne se réduisait pas à des affaires d’appareil ou de casting. L’urgence, c’était la pensée, le débat fécond, la polémique utile. La gauche doit apprendre à parler et à penser en philosophe, en philosophe du peuple. Puisse cette Université d’Eté contribuer à la réflexion, c’est ainsi que nous serons utiles à la gauche et à la France !

Lu 5356 fois

Jean-Luc Laurent
Président du Mouvement Républicain et Citoyen, député du Val-de-Marne. En savoir plus sur cet auteur

Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaire du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC