Actualités
Publié le Dimanche 21 Août 2011 par

Crise de la dette: quelle devrait être la politique de la France ?


Mots-clés : allemagne, bce, dette publique, euro

Tribune de Julien Landfried, secrétaire national du Mouvement Républicain et Citoyen, parue sur LeMonde.fr, lundi 15 août 2011.


Crise de la dette: quelle devrait être la politique de la France ?
Quelle devrait être, dans la situation actuelle de déflagration de la zone euro, la politique de la France ? L'aggravation des divergences économiques, prévue de longue date par de nombreux observateurs, a d'ores et déjà conduit la zone euro dans une zone d'incertitude telle que c'est l'avenir même de la monnaie unique qui est en jeu. Le temps où l'on pouvait déclarer à qui voulait l'entendre que "l'euro nous protège" est désormais révolu. Rien ne pourra se faire sans une remise à plat du fonctionnement de l'euro, initiative que la France devrait prendre à très court terme. C'est la faute de M. Sarkozy que de n'avoir su mener cette politique et celle du Parti socialiste que de n'y voir qu'une carence personnelle, alors que la politique capable d'éviter l'effondrement de l'euro suppose un changement en profondeur de la stratégie économique en Europe.

La France peut d'abord légitimement faire comprendre à l'Allemagne que le taux de change actuel de l'euro est le principal problème de la zone. Seule l'Allemagne peut aujourd'hui supporter à moyen terme une telle surévaluation de l'euro, qui asphyxie littéralement l'industrie des autres pays (mais aussi ses services, notamment le tourisme), tout particulièrement des pays périphériques. Il ne peut pas y avoir de redressement économique de la zone euro avec un euro surévalué. Telle devrait être la première exigence française : faire baisser le cours de l'euro par une action concertée avec la Banque centrale européenne (BCE), qui nécessite bien entendu l'aval de Berlin. L'Espagne, l'Italie, le Portugal et la Grèce ne pourraient qu'appuyer une telle exigence française. Si l'euro se rapprochait d'une parité stricte avec le dollar (et partant avec le yuan), l'activité économique redémarrerait et les comptes publics se redresseraient de manière significative. Le niveau de pression des marchés financiers sur les dettes publiques européennes se réduirait. Cette politique, il faut le noter, ne commande aucune dépense publique supplémentaire.

La seconde exigence française conduirait à une réforme des statuts et missions de la BCE. D'abord l'ajout de la croissance et l'emploi dans ses statuts, afin d'équilibrer le policy mix européen. Ensuite sa coordination avec un Ecofin chargé de fixer la politique de change conforme à l'intérêt de l'ensemble de la zone (et pas uniquement de la nouvelle "zone mark" comme c'est le cas actuellement). Ici encore, le France recevrait l'appui du Sud mais aussi de partenaires comme la Belgique. Cette coordination marquerait l'entrée de l'industrie et du monde du travail dans la politique de la zone euro, alors que c'est aujourd'hui le secteur financier qui commande les décisions de la BCE. Elle éviterait des cas de surévaluation manifeste et de longue durée de la monnaie unique.

La troisième et dernière exigence de la France : réorienter la politique allemande qui mène depuis dix ans une stratégie non coopérative qui a détruit l'industrie de ses voisins, par contraction de sa demande intérieure et réduction de ses coûts de production. Le salariat outre-Rhin ne verrait pas d'un mauvais œil un rééquilibrage de son pouvoir d'achat, pas plus que les partenaires commerciaux de l'Allemagne. Cette relance allemande, d'un niveau raisonnable, s'appuierait uniquement sur une relance salariale.

La France pourrait en échange proposer deux séries de contreparties

D'abord, la substitution des eurobonds aux programmes des fonds structurels européens qui se sont révélés inaptes à donner aux pays périphériques une industrie ex nihilo. Ceci déchargerait les contribuables des pays centraux de la zone euro de subventions dispendieuses qui contribuent à creuser leurs déficits publics. Cela constituerait un signal sans ambiguïtés donné à l'opinion publique allemande que chaque pays entend développer un tissu économique robuste et concurrentiel. Cette réorientation serait d'autant plus crédible qu'elle se déploierait à l'abri d'un taux de change redevenu compétitif.

Ensuite, chacune des économies de la zone devrait s'engager à renationaliser sa dette publique, par un mécanisme dit de "dette perpétuelle", faisant d'abord appel à l'épargne nationale. Ce mécanisme ne pose pas de difficultés majeures aux pays à forte capacité d'épargne comme la France, mais obligera les pays où les ménages sont fortement endettés (comme l'Espagne) à un effort très important. En procédant ainsi, les pays de la zone euro se soustraieraient à la pression des agences de notation en comptant d'abord sur leurs propres forces plutôt que sur de versatiles marchés financiers.

Ces deux conditions sont diamétralement opposées au fonctionnement actuel de la zone qui oppose un centre industrieux (l'Allemagne) et une périphérie spécialisée dans la consommation (les pays du Sud). Cette configuration est bien entendu intenable dans la durée. Ce "pack" de propositions françaises donnerait une véritable crédibilité de long terme à l'euro, et dessinerait un accord acceptable pour chacune des parties.

Il faut parier sur la lucidité du gouvernement allemand à entendre des propositions françaises, conformes à nos intérêts mais aussi à l'intérêt européen tout entier. Si l'Allemagne a été la principale bénéficiaire de l'euro, elle serait aussi la principale perdante en cas de disparition de la monnaie unique. La route de Francfort passe par Berlin. Et la politique de la France suppose de mener une stratégie diplomatique et économique qui ne résume pas à l'asservissement au "triple A" et à un secteur financier qu'il faudra bien réduire dans les années à venir.

-----
source : LeMonde.fr

Lu 2227 fois

Julien Landfried
Secrétaire National à la communication et aux universités d'été. En savoir plus sur cet auteur

Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC