Actualités

par Thomas Frémond le Vendredi 1 Février 2013 à 20:15

Mots-clés : amenagement oise

Les récentes perturbations neigeuses ont mis en lumière les erreurs d’aménagement du réseau ferré dont l'absence d'une liaison directe en TER entre Beauvais et Amiens. Seul un bus est affrété de temps à autre pour combler ce manque. Le MRC Oise dénonce cet état de fait et demande une réflexion plus poussée sur la question. Alors que la région Picardie est en manque de dynamisme et de compétitivité, ses plus ardents défenseurs s’échinent à lui mettre des bâtons dans les roues. Comment peut-on aujourd'hui penser le développement d'une région sans lier directement les grandes villes de chaque département ? Cela démontre le nombrilisme des élus de chaque agglomération et de l’absence de réflexion globale.
 

On parle aujourd'hui d'un nouveau TGV traversant la Picardie. Il y a quelques années, les élus n'avaient pas réussi à se mettre d'accord pour que la ligne Paris-Lille passe par Amiens. Résultat, une gare en plein milieu d'un champ de betterave à 30km de la métropole picarde... Ce fut une erreur stratégique incroyable et un frein au développement de la ville d’Amiens, qui aujourd'hui s'en mord les doigts.

 

L’idée d’un TGV passant par Beauvais se défend, mais elle ne doit pas occulter et reléguer au second plan la nécessité de relier les grandes agglomérations régionales. Beauvais apparaît comme une ville particulièrement isolée, la plupart des lignes passant par Paris pour nous offrir de multiples changements. Il faut entre 2 et 3 heures en moyenne pour rejoindre Saint Quentin dans l'Aisne. De même, l'Oise est isolée de ses voisins frontaliers.A titre d'exemple, il n'y a pas de ligne ferroviaire entre Beauvais et Rouen qui fait pourtant figure de pôle portuaire.


Il est plus qu'urgent pour le bien de la Picardie, pour son attractivité, pour son développement économique et pour son dynamisme, de mener une politique ambitieuse d’aménagement du territoire.


Actualités

par Thomas Frémond le Vendredi 25 Janvier 2013 à 20:11


Le Japon, par l'intermédiaire de son nouveau premier ministre Shinzo Abe, s'est engagé officiellement à rendre le yen moins cher afin de relancer son activité. Cette politique monétaire amenait donc à s'interroger sur la réaction de l'Union européenne et des Etats-Unis. La réponse de Mario Draghi, président de le Banque centrale europénne, fut lapidaire: la zone euro ne réagira pas. Celui-ci rappelant au passage que la seule politique de la BCE était la stabilité des prix...

Cette situation est révélatrice de l'absence totale de politique de change de cette institution, enfermée dans sa religion de lutte contre l'inflation et pose à nouveau la question de l'indépendance de la BCE. Des anomalies dénoncées depuis de nombreuses années par Jean-Pierre Chevènement. L'Euro trop cher ayant entraîné une perte de compétitivité considérable pour notre pays et  accéléré notre désindustrialisation

Face à cette dévaluation du Yen, les Etats-Unis et la Chine réagiront par un ajustement monétaire. L'Union européenne risque donc d'en faire les frais et apparait, une nouvelle fois, comme "l'idiote du village planétaire".

Dans ce contexte, les aveux d'impuissance ne suffiront pas à retrouver la voie du salut et à sortir notre pays de l'ornière. C'est pour cela que nous défendons une sortie du système de la monnaie unique dont les règles, transposées du mark allemand, ne peuvent convenir à dix-sept économies fortement hétérogènes, et une évolution vers une monnaie commune.

Mehdi Yalaoui
Président des Jeunes du MRC

MRC - Fédération de l'Oise
798 rue de la République, 60290 Laigneville
Email : mrcoise@yahoo.fr
Tel : 06 50 97 91 83



Les responsables
Premier secrétaire départemental



Secrétaire national à la jeunesse et président des Jeunes MRC


Secrétaire national à la réforme fiscale




Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook
Twitter



Faites nous connaître !