La Fédération

par le Lundi 30 Octobre 2017 à 16:58


Billet de Jean-Luc Laurent, Président du MRC, le 29 octobre 2017


Mort de Didier Motchane, une perte immense pour la gauche française.
La mort de Didier Motchane est une perte immense. Didier était un intellectuel qui incarnait une pensée puissante et exigeante, et une grande figure de la gauche qui a formé tant d’entre nous du CERES au MDC puis au MRC. Je garde le souvenir de ces années jusqu’à sa dernière intervention lors de l’université de rentrée du MRC à Caen en 2014 où il nous encourageait a continuer à militer. Aujourd’hui, je ressens une immense tristesse et je m’incline devant sa mémoire. J’adresse mes pensées peinées et amicales à ses proches.

Actualités

par le Samedi 7 Octobre 2017 à 19:55


Patrick Nivet: 18 septembre 2017, 18 heures 30 salle des fêtes de Libourne.


Libourne vigilance : ondes conférence débat
Article paru dans Le Résistant du 28 septembre au 4 octobre 2017.
Patrick Nivet, conseiller municipal chargé de la santé recevait pour une conférence débat Ghislaine Bouvier, maître de conférences université de Bordeaux, équipe de cancer environnement Epicène...

La Fédération

par le Vendredi 8 Septembre 2017 à 11:49


Ordonnances réforme Code du travail


Je ne peux accepter que l'on fasse porter la responsabilité du chômage, non seulement sur le code du travail mais en fait sur les salariés eux-mêmes.
 
Les annonces faites par le Premier ministre du contenu des ordonnances visant à réformer notre code du Travail vont profondément déstabiliser la nature des relations sociales dans notre pays. Je tiens tout d'abord à m'insurger contre le fait qu'elles furent en premier lieu, présentées au vice-chancelier et ministre des Affaire étrangères d'Allemagne, monsieur Sigmar Gabriel au conseil des Ministres, avant même que les organisations syndicales et donc l'ensemble des Français puissent en avoir connaissance. Nous savons également que dans ces ordonnances, de nombreuses recommandations de la commission européenne ont été reprises quasiment mot pour mot dans les textes présentés. Le Président de la République à beau jeu de dénoncer la trahison de "l'esprit européen" par les pays de l'Est au sujet du travail détaché ( à juste titre), quand "en même temps" il applique avec zèle les orientations bruxelloises qui organise le démentellement de notre contrat social. Il faudra sortir de ces contradictions qui ne peuvent qu'aboutir à de fortes déconvenues.
 
Je m'étais opposé à la loi El Khomery, je me suis opposé à la possibilité donnée au Gouvernement de réformer par ordonnances, je m'oppose aujourd'hui à cette atteinte grave et à ce recul de la situation des salariés de ce pays. Je suis très inquiet sur l'idée de fusion des instances représentatives, sur la mise en place de référendum dans les entreprises, les planchers et plafonds pour les indemnités devant les Prud'hommes ne seront pas compensées par les 25% d'augmentations des montants versés. Je suis scandalisé par l'exonération qui sera faite aux grands groupes de pouvoir licencier encore plus facilement même en cas de profits sur l'ensemble de leurs activités. Le rapport de force en faveur de l'entreprise est désormais une évidence et porte un coup à l'idée même de démocratie et de dialogue social. C'est une erreur politique, économique, sociale et stratégique évidente. C'est un recul sur 150 ans de conquêtes sociales.
 
Ce n'est pas le code du travail qui fait ou défait les emplois, c'est le carnet de commande et la bonne santé économique du pays. Je ne peux accepter que l'on fasse porter la responsabilité du chômage, non seulement sur le code du travail mais en fait sur les salariés eux-mêmes. Les causes du chômage de masse sont bien plus profondes. Il faut interroger l'euro et sont fonctionnement qui favorise la rente plutôt que l'investissement, qui contribue à creuser irrémédiablement notre déficit commercial. Il faut interroger l'organisation fiscale, budgétaire et fiancière de l'Union européenne qui favorise et met en place de profondes divergences au sein même de l'Europe et fait reposer sur le monde du travail et sur les salariés les efforts de compétitivité par le phénomène bien connu des économistes de déflation compétitive. Il faut interroger ce qui se passe au niveau international avec la poursuite de la guerre des monnaies et un dollar dont Donald Trump organise très discrètement la dévaluation (que nous ne pouvons plus effectuer monnaie unique oblige). C'est donc encore et toujours par la baisse sur les salaires qu'on cherche à faire baisser les coûts. Politique à courte vue.
 
Ce n'est pas en se soumettant aux conditions de Bruxelles et de Berlin que la France retrouvera les moyens de sortir du piège dans lequel le chômage de masse l'a plongé depuis maintenant plus de trente ans.

Christian Hutin (député MRC Nord 13e circonscription)

La Fédération

par le Vendredi 8 Septembre 2017 à 11:38


12 septembre 2017


 

                       Soutien aux manifestations intersyndicales

 

Les annonces faites par le premier ministre du contenu des ordonnances visant à réformer le code du travail vont profondément déstabiliser la nature des relations sociales dans notre pays (fusion des instances représentatives, referendum pour contourner la représentation syndicale, plafond des indemnités devant les prud’hommes…)

Ce n’est pas le code du travail qui fait ou défait les emplois mais la bonne santé économique du pays. Quinze ans d’euro fort et bien davantage d’années de délocalisations financières creusent notre déficit commercial.

La concurrence libre et non faussée principe de base de l’Europe de Maastricht fait avant tout reposer sur les salariés l’effort de compétitivité.

Dans ces conditions le MRC gironde soutient les manifestations d’oppositions à ces ordonnances des organisations syndicales et tout particulièrement celle du 12 septembre 2017 en appelant à une forte mobilisation des salariés tant du privé que du public.

                                                       MRC Gironde le 6 septembre 2017

Rencontre librairie Mollat à Bordeaux


Mercredi 14 Juin Jean-Pierre Chevènement et Michel Onfray se sont rencontrés pour débattre de leurs derniers livres à la librairie Mollat à Bordeaux(1°)
Cette rencontre a permis aux 250 personnes qui ont passé deux heures avec eux de découvrir les nouveaux salons Ausone, lieux désormais privilégiés et tout a fait remarquables des rencontres de la célèbre librairie
Michel Onfray aime Jean-Pierre Chevènement, il le lui a dit en regrettant quʼil nʼait pas pu déplacer les lignes de la politique française comme est en train de le faire Emmanuel Macron aujourdʼhui mais à son heure et sur dʼautres bases notamment vis-à-vis de la politique européenne.
Jean-Pierre Chevènement a bien sur tenu à moduler lʼhommage tout en regrettant de nʼavoir pas été en capacité dʼavancer sa candidature à lʼélection présidentielle en ....1995 à cause notamment de lʼéchec de la liste européenne quʼil a conduite en 1994.
A noter une lecture bien différente de la révolution Française par Michel Onfray plus proche des Girondins que Jean-Pierre Chevènement qui rappela le contexte et les talents de Robespierre...
Leur vision de lʼEurope les rapproche, la conception de lʼétat les éloigne Michel Onfray défend un certain localisme une vision très transversale de la démocratie et Jean-Pierre Chevènement une certaine verticalité...
Evidemment !

A propos des élections en cours, Michel Onfray a défendu lʼabstention, Jean-Pierre Chevènement ne parle que de son vote de deuxième tour de la Présidentielle pour... Emanuel Macron quʼil trouve très intelligent au point dʼavoir réussi, là ou lui a échoué à faire
« turbuler le système sans, il est vrai, avoir pour lʼheure avancé une politique alternative »

Tous les deux se sont entendu sur une vision commune du rôle joué « dans la vie politique Nationale par le FN : quʼil le veuille ou non, le « système » utilise ce parti comme « sous système indispensable à sa stabilité comme la quille lʼest au bateau » pour gagner les élections au second tour, par un effet repoussoir . Comme l'a souligné Michel Onfray, une visite à Oradour sur Glane et le tour est joué....
La politique étrangère, ce ne fut pas le moindre mérite de ce débat, y a tenu une bonne place, Jean-Pierre Chevènement revenant sur ses orientations prudentes et à distance des USA notamment dans la première guerre du Golfe
Il rappela avoir déconseillé lʼintervention en Lybie et ne pas avoir soutenu la volonté de Francois Hollande de bombarder Damas en 2013 « inutile dʼêtre plus
à lʼouest que lʼOuest »
Les réponses de Jean-Pierre Chevènement furent souvent longues, bien que passionnantes, laissant une place limitée aux questions de la salle....
Comment pouvait-il en être autrement ?
En privé jʼai quand même pu lʼinterroger sur le fait quʼil nʼa pas cité à mon grand étonnement la laïcité comme remède aux crises du Moyen Orient que je crois pour ma part essentiel.
Jean-Pierre Chevènement cʼest quand même un monument et avec lui lʼhistoire politique de notre pays des quarante dernières années défile et a du mal a se contenir en deux heures de débat.
Patrick Nivet
1° jʼavais sollicité la librairie qui avait accepté la venue de Jean-Pierre Chevènement mais en souhaitant la venue concomitante et le débat avec Michel Onfray 
1 2 3 4 5 » ... 13

MRC - Fédération de Gironde
Email : mrc-gironde@laposte.net



Les responsables
1er secrétaire
Trésorier
Animation
Communication et Média

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook
Twitter



Faites nous connaître !



Liens locaux
Dernières actualités du MRC
Soutenez le MRC