Lundi 15 Juin 2015

Les clivages dans la politique française.



Depuis de nombreuses années, le clivage gauche droite est considéré comme le clivage le plus pertinent.


D’autres clivages sont pourtant tout aussi pertinents, celui des écologistes et des progressistes est à l’œuvre depuis quelques décennies. L’un est basé sur l’émotion, la fascination de la nature divinisée et l’autre sur les connaissances, l’innovation et le progrès des sciences et des technologies au service l’Homme et des progrès sociaux.

Il faudra, dans peu de temps, nourrir de l’ordre de 10 milliards d’humains et les écologistes refusent le développement des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) qui peuvent augmenter les rendements, diminuer l’utilisation des pesticides (qu’ils rejettent également) et diminuer l’utilisation dans certaines cultures de la ressource hydrique faisant cruellement défaut dans de nombreuses régions du globe.

Le problème de l’énergie est également un sujet de divergence. Là encore, il faudra trouver de l’énergie pour chacun, en limitant les émissions de gaz à effet de serre. Le rejet inconsidéré du nucléaire nous met, en Europe et plus particulièrement en France, dans un état de dépendance vis à vis des pays producteurs de ressources énergétiques et bien en danger pour notre avenir.
La diminution de la part du nucléaire à 50 %, prévue dans la loi de transition énergétique est un très mauvais message pour le développement de notre industrie nucléaire. Ce choix est également anti écologique, il est grave avant la COP21 qui se tiendra à Paris - Le Bourget en décembre prochain, car la diminution de la part du nucléaire en France aura comme conséquence comme en Allemagne l’augmentation des émissions de CO2.

Le clivage entre libéraux et républicains est également un clivage insuffisamment visible. Les libéraux proposent la liberté de produire sans contrôle de l’État mettant ainsi en concurrence les producteurs contraints pour survivre de diminuer les salaires, les charges et les protections sociales obtenues durement par les luttes des travailleurs. Les républicains au contraire proposent un contrôle et un soutien par les États, des entreprises situées sur leurs territoires permettant ainsi d’obtenir aussi bien un développement industriel qu’une défense des travailleurs.
N’oublions jamais que la liberté contraint et la contrainte libère ; dit autrement la liberté sans contrôle s’exerce par le plus fort sur le plus faible. La République est là pour rétablir la justice sociale par des règles justes pour l’ensemble des productifs et un développement plus harmonieux de la Nation et cela on harmonie avec l’environnement.
 
Mais il ne suffit pas de se dire Républicain pour le devenir ; quand la droite accepte de mettre le prêtre au dessus de l’instituteur, la laïcité, et donc la République, est bien en danger.

Le choix de l’Euro, comme monnaie unique montre bien que ce choix de nature libéral impose à chaque pays d’harmoniser sa politique vers le moins disant social : diminution des coûts salariaux et des charges sociales. Dans ce contexte, la France est bien placée pour savoir que, pour retrouver un peu de compétitivité, il est indispensable de diminuer les charges des entreprises, donc les protections sociales dont elles font parties.
Une monnaie commune permettrait une harmonisation beaucoup plus efficace, plus adapté à l’économie de chaque pays et avec moins de difficultés pour les travailleurs comme pour les entreprises.

Se déclarer Républicain est un lieu commun. En particulier lors du second tour de toutes les élections, pour faire barrage au « Front National », on en appelle au « Front Républicain ». Alors qu’entre chaque élection la politique suivie renforce ce parti.
Mais le « Front National » aussi se dit Républicain, et même parfois Gaulliste. C’est oublier l’opposition entre de Gaulle et l’extrême droite que penser qu’il pourrait y avoir quelque chose de commun entre eux.

Mais on trouve des libéraux et des républicains à droite comme à gauche, comme on trouve des écologistes et des progressistes à gauche comme à droite. Cette confusion a permis et permettra encore à des libéraux et à des écologistes de passer de gauche à droite ou réciproquement comme Tapie, Kouchner, Besson, Jouyet, Bennahmias…
Pour certains, la rivière qui sépare la droite de la gauche n’est ni large ni profonde et il est aisé d’y trouver un gué.

Il faut espérer que les citoyens de l’ensemble des pays de l’Union européenne se rendent rapidement compte que l’Euro comme monnaie unique est inadaptée et qu’il est préférable de se doter, en remplacement, d’une monnaie commune donnant aux banques nationales contrôlées par les états un rôle qu’elles n’auraient jamais dû perdre.
Une réorientation des règles communautaires allant dans le sens d’une Europe des nations, sortie de la religion de la concurrence sans limite, permettra également de diminuer le risque du développement des partis extrémistes et celui des explosions sociales.


Nouveau commentaire :

MRC - Union régionale Bourgogne
5 rue Stendhal, 21000 Dijon
Email : contact@mrc21.org
Tel : 06 16 85 59 14



Les responsables
Premier secrétaire régional



Trésorier




Délégué de Saône-et-Loire



Délégué de l'Yonne




Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Twitter



Faites nous connaître !




Dernières actualités du MRC