Actualités
Publié le Jeudi 4 Septembre 2008 par MRC

Rentrée 2008 : une école en crise, une politique gouvernementale incapable d'y faire face


Mots-clés : éducation

Aujourd’hui, l’Ecole publique ne tient plus pleinement son rôle d’institution majeure de l’Etat républicain, dont la mission est de donner à chaque élève, futur citoyen, les clés de sa liberté, grâce à une solide maîtrise du savoir. Pour la redresser et la refonder, il faudrait faire le pari de la qualité, et mettre l’accent tout à la fois sur le travail, l’exigence et l’implication forte de l’Etat.


Les tropismes libéraux de la droite ruinent les quelques velléités de redressement. La gauche, attachée historiquement à l’Ecole, doit refuser les dérives inspirées par une idéologie libérale-libertaire, à l’œuvre depuis plus de trente ans dans le domaine pédagogique, comme sur des structures marquées de plus en plus par la concurrence et le marché.

Avec cette rentrée 2008, la politique Sarkozy-Darcos avance masquée : au delà des mots qui rappellent les grands principes et peuvent être marqués par le bon sens, c’est globalement un grave affaiblissement de l’école républicaine qui est engagé.

Quel jugement porter sur les principales mesures mises en œuvre ou annoncées ?


1- Pour l’école primaire
Le MRC est depuis longtemps partisan de programmes simples, structurés, rigoureux, qui redonnent toute leur place à une solide progressivité des apprentissages.
Les nouveaux programmes, qui mettent l’accent sur les apprentissages fondamentaux (l’orthographe, la grammaire, la rédaction, le calcul opératoire, …) et le recours à des exercices plus systématiques et à la mémoire, comportent des éléments positifs. Des bases solides ne sont en rien contradictoires avec le développement de la compréhension et de l’esprit critique des élèves.
En revanche, quand Darcos, poussé par la volonté de Sarkozy de réduire le nombre de fonctionnaires, décide de supprimer deux heures hebdomadaires pour les élèves en fermant les écoles le samedi matin, c’est une faute grave contre l’école primaire. Ce n’est pas en travaillant moins que les élèves amélioreront leurs résultats.
L’aide personnalisée instituée pour les élèves en difficulté, qui justifie cette réduction selon le ministre, est bienvenue, mais elle aurait dû être financée tout en maintenant pour tous les élèves l'horaire ancien.
C’est, sur ce point, une véritable régression scolaire qui va entrainer l'amenuisement de l’enseignement dans de nombreuses disciplines.


2- Dans l’enseignement secondaire
Nous sommes partisans d’accroître le rôle des dispositifs de soutien. La généralisation de « l’accompagnement éducatif » pour les élèves volontaires, dans les collèges, et les stages de soutien initiés dans les lycées vont dans le bon sens.
En revanche, le projet de réforme du lycée vise à réduire, là aussi, le nombre d’heures de cours donnés aux élèves par des professeurs qualifiés, pour faire des économies massives de postes.
Et cela, au prix d’un mensonge pour le primaire, comme pour le secondaire : la France n’est pas le pays où les horaires annuels des élèves sont les plus élevés d’Europe. Elle est simplement dans une bonne moyenne. Notre école va donc régresser.
Le ministre Darcos veut faire le « lycée light » qu’Allègre avait tenté d’imposer. Allègement des connaissances acquises, allègement de l’encadrement professoral, seront le résultat de cette réforme si elle aboutit.

3- Au niveau des personnels
Les conditions d’enseignement vont souvent être rendues plus difficiles, du fait des 11 200 suppressions de postes en septembre 2008 et des 13 500 prévues pour 2009. Le ministère s’oriente aussi vers une utilisation accrue des heures supplémentaires et plus gravement, vers l’appel à des vacataires de droit privé. Ainsi, le noyau dur des professeurs fonctionnaires, au statut protecteur, pourra progressivement être déstabilisé (la Poste a connu sur plusieurs années une telle évolution).
L’annonce brusque et succincte, par Nicolas Sarkozy, d’une réforme de la formation des enseignants, fait craindre le pire.
Certes, le contenu de la formation dans les IUFM nécessite de profonds changements. Le MRC est critique sur toute forme de « pensée unique » sur le plan pédagogique, orientation qui est loin d’ailleurs d’avoir montré son efficacité. Toutes les conceptions et méthodes doivent être enseignées aux futurs professeurs afin qu'ils puissent exercer leur liberté pédagogique.
Mais le projet vise, là aussi pour réaliser des économies importantes de postes, à liquider toute formation professionnelle sérieuse, derrière l’affichage trompeur d’un recrutement au niveau du Master.


4- Enfin, le principe de « concurrence » va davantage s’appliquer dans l’enseignement :
L’autonomie renforcée des établissements que souhaite Nicolas Sarkozy, alliée à la marche accélérée en cette rentrée 2008 vers la suppression totale de la carte scolaire, vont encore accroître la concurrence et les inégalités entre les établissements scolaires puisque le gouvernement n'a pas pris les mesures permettant d'améliorer la qualité des établissements en difficulté et d'accroitre résolument le brassage social.
Déjà, un rapport de l’Inspection générale, montre que les mesures prises à la rentrée 2007 ont contribué à faire régresser la mixité sociale. Les plus pauvres, les plus démunis culturellement et financièrement seront assignés à leur territoire-ghetto et se retrouveront entre eux, avec très peu d’espoir de réussite et d’élévation sociale.
La détérioration de la situation de certains établissements publics, notamment dans les quartiers difficiles, favorise auprès des familles la concurrence des établissements privés de plus en plus attractifs, et de fait, favorisés par la politique du gouvernement qui porte atteinte à l’école publique.

Au total, les mesures mises en œuvre ou annoncées en cette rentrée de septembre 2008, demandent explications et convictions, pour montrer les contradictions et les enjeux. Derrière des mots rassurants, malgré quelques mesures acceptables, l’essentiel est inspiré par une conception libérale de l’Ecole, une dérive accentuée à l’anglo-saxonne, avec des écoles à plusieurs vitesses.

Le combat pour une école républicaine est plus que jamais d’actualité.

Lu 5376 fois


Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC