Actualités
Publié le Jeudi 20 Juin 2013 par

La réforme des retraites ne peut réussir qu’en restaurant la confiance et la justice


Mots-clés : emploi, retraites

Par Patrick Quinqueton, secrétaire national au projet et aux prises de position, et Jeanne Chevalier, secrétaire nationale à la protection sociale, jeudi 20 juin 2013


Le rapport remis par Yannick Moreau au Premier ministre explore un certain nombre de pistes de réforme des retraites. Pour le MRC, c’est la capacité de restaurer la justice et la confiance, dans le système de retraite mais aussi dans les capacités de notre pays à construire son avenir, qui doit être le baromètre. Les jeunes et les actifs doivent avoir confiance dans la capacité des régimes de retraite à leur assurer des pensions d’un niveau significatif et en rapport avec leurs cotisations. Les retraités ont droit par leur pension de retraite à un niveau de vie décent en rapport avec leurs cotisations, dans une exigence de justice.

Confiance et justice : ce sont les deux conditions d’une réforme des retraites.

Mais la confiance et la justice sont des perceptions globales : elles dépendent du redressement industriel du pays et du retour au plein emploi. Et elles dépendent d’un rééquilibrage au niveau européen des revenus du travail par rapport aux revenus du capital. Nous en sommes loin, même si quelques efforts ont été faits avec le pacte de compétitivité et la loi de sécurisation de l’emploi. Le niveau élevé de l’euro continue d’obérer les conditions de ce redressement.

Le rapport Moreau explore un certain nombre de pistes, mais il ne traite pas (ce n’était d’ailleurs pas ce qui lui était demandé) des moyens du redressement économique du pays.

A court terme, il est possible d’approuver certaines des mesures de justice envisagées, comme l’égalité fiscale entre retraités et actifs. Mais nous critiquons les mesures qui sapent la confiance dans le régime, comme des modes variables de désindexation des pensions.

Il convient également, dans une optique de justice, de mesurer l’impact d’un allongement de la durée des cotisations sur le niveau des pensions. On se saurait, au nom de la sauvegarde de notre système de retraites par répartition, appliquer la double peine d’une carrière morcelée et d’une fin de vie précaire aux travailleurs – et notamment aux nombreuses femmes – ayant connu des périodes de chômage ou d’inactivité. De même l’objectif de rapprochement des régimes du public et du privé ne doit pas donner le sentiment d’un dénigrement des fonctionnaires et, une fois de plus, d’un affaiblissement de la puissance publique. Le régime retenu pour les travaux pénibles doit, de plus, être revu, car il est un des éléments de la justice et de la confiance. Enfin, l’ampleur du chômage des jeunes depuis 30 ans doit conduire à améliorer les conditions d’acquisition des droits à retraite en début de carrière.

Nous apprécierons les mesures prises à l’aune de la confiance retrouvée dans le système par les jeunes, les actifs et les retraités. Ces mesures doivent être justes et elles doivent s’inscrire dans une politique globale de croissance et de redressement industriel de notre pays.

Lu 1039 fois

Secrétaire National aux prises de position. En savoir plus sur cet auteur


Abonnez-vous à la newsletter


Les parlementaires du MRC
Député du Val-de-Marne
Président du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC





Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC