Actualités
Publié le Dimanche 10 Mai 2009 par MRC

Cuba, cinquante ans après la Révolution, quelles perspectives?



Compte-rendu de la table ronde organisé par MRC le 17 mars 2009.


Le 17 mars dernier le MRC a organisé au Conseil régional d’Ile de France une table ronde publique consacrée à l’avenir de Cuba, cinquante ans après la révolution.

En présence d’une centaine de personnes, se sont exprimés :
-Jean-Pierre Chevènement
-Son excellence Rogelio Sanchez Lévis, ambassadeur de la République cubaine en France
-Obey Ament, chargé de l’Amérique latine au Parti Communiste français
-Janette Habel, universitaire (Institut des Hautes études d’Amérique latine)
-Xavier Declercq, responsable de l’ONG « oxfam »
-Sami Naïr, secrétaire national du MRC aux relations extérieures .

Ouverture :
Après les mots d’accueil de Marie-Françoise Bechtel, secrétaire national du MRC à la formation et à la diffusion des idées, Jean-Pierre Chevènement a ouvert la table ronde .

Il a souligné l’importance historique de la révolution cubaine. « Cuba libre » a été une promesse de libération pour de nombreux peuples. Les avancées de l’Amérique latine, la démocratisation et l’indépendance ont été tributaires de cette rupture majeure avec l’ordre antérieur. Dans un contexte difficile, l’indépendance cubaine a survécu. Les sacrifices, l’opiniâtreté que le pays a mis à survivre doivent être salués. Les perspectives nouvelles passent par une levée des restrictions mises par le sénat américain au commerce avec Cuba . Les orientations du président Obama pourront-elles avoir un effet positif ? Il faut agir pour la normalisation des relations avec Cuba : la culture, l’histoire, la compréhension des enjeux de l’indépendance nationale, tout cela sanctionne l’amitié de nos deux nations. Il reste à intégrer dans la marche du monde le potentiel immense de l’Amérique latine sur qui souffle fort aujourd’hui « le vent de la liberté ». C’est ce que rend possible le rôle héroïque de Cuba, encouragement à ceux qui veulent redresser le cours de choses.

M. Rogelio Sanchez Lévis a souligné l’importance des manifestations d’amitié envers Cuba dans le contexte actuel. Il a relevé que l’histoire de Cuba s’est forgée au 18° et au 19° siècle dans les combats. Cuba porte un projet national à caractère anti-impérialiste, une « culture de résistance » avec un souffle utopique, celui qui vient de José Marti contre le matérialisme vulgaire de l’époque. L’histoire a montré que le pluripartisme bourgeois n’a pu résoudre les défis et n’a pas empêché le coup d’état de Batista. C’est pourquoi le caractère propre de la révolution cubaine est celui d’un mouvement anti-impérialiste à vocation universelle. La patrie est l’Amérique et l’humanité, comme le montrent les 2000 soldats tués en Afrique du Sud et les 37000 coopérants cubains dans le monde. Le pays a eu à affronter des épreuves difficiles, tant externes qu’internes. Avec à l’époque l’aide de l’URSS et de certains pays européens, cette synthèse culturelle à racines populaires a pu réussir. Le pays est aujourd’hui devant des défis colossaux. Les choses sont perfectibles et « nous sommes insatisfaits » : ce qui reste à accomplir d’un point de vue révolutionnaire est plus important que ce qui l’a déjà été. Mais le pays est prêt à avancer. (lire ci-dessous l’ensemble de l’intervention au format PDF).

Contributions :
Obey Ament a tenté d’évaluer l’importance des changements dans le contexte latino-américain et leur impact sur l’avenir de Cuba. Pendant les cinquante années qui viennent de s’écouler, les Etats Unis ont envahi la République Dominicaine, ils ont participé à l'organisation du coup d' Etat qui a couté la vie au président Salvador Allende, ils ont fait la guerre contre le Nicaragua et ont occupé la Grenade et le Panama. Mais aujourd’hui l'Amérique latine s'éloigne de « la triste nuit néolibérale » (Correa).

C'est un fait significatif : le rapport des forces politiques a changé dans la région, les relations avec les États Unis changent, son hégémonie politique, idéologique et militaire est plus que jamais contestée.

Les priorités des gouvernements portés au pouvoir depuis maintenant 10 ans sont autres :
Une nouvelle démocratie: avec des droits nouveaux (indigènes, syndicaux, sociaux)et de nouvelles Constitutions qui créent des mécanismes de participation citoyenne et, comme l'a dit le président Evo Morales, se veulent des verrous pour empêcher le retour du neolibéralisme.
Une autre forme d’intégration :
En novembre 2005, la plupart des pays de la région ont rejeté l'Accord de libre échange des Amériques (ALCA) lors du Sommet de Mar del Plata.
Mais les pays latino-américains se donnent aussi les moyens pour peser avec des constructions régionales.

En 2004, les pays de l'Amérique du Sud ont créé la Communauté Sud-Américain des Nations (CASA) d’où naîtra en 2008 l'Union des nations de l'Amérique du Sud (UNASUR ) qui rassemble le Brésil, le Venezuela, l'Argentine, l'Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, l'Équateur, le Chili, le Pérou, la Colombie, la Guyane et le Surinam. Dans le cadre d'UNASUR, un Conseil de Défense et Sécurité a été crée : il s'agit un concept propre de défense et sécurité, qui ne se veut pas une sorte de nouvelle OTAN mais veut être un organisme permanent de dialogue, de consultation, d'information et d'évaluation face aux situations de risques pour la paix, un forum pour la recherche du consensus et la gestion des désaccords.

Cuba, avec le Venezuela, la Bolivie, le Nicaragua, le Honduras et la Dominique participent à l' Alternative Bolivarienne pour l'Amérique latine (ALBA) qui se donne pour objectif la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, la compensation des asymétries existantes entre les pays membres, la création de fonds compensatoires, le développement endogène.
Cuba a beaucoup à apporter à l'intégration régionale

En décembre 2008, à Saiupe ville brésilienne, a eu lieu le premier Sommet de l'Amérique Latine et des Caraïbes qui a rassemblé pour la première fois tous les pays latino-américains avec l'absence des deux fidèles de Washington, Le Salvador et la Colombie.

Les Etats Unis n'ont pas été invités alors que Cuba, représentée par le président Raul Castro occupait la place qui est la sienne parmi des nations sœurs.

Le Groupe de Rio, l'un des plus anciens mécanismes régionaux de concertation politique, s'est réuni aussi à cette occasion pour accueillir très officiellement Cuba en tant que membre.
.
Les pays de l'Amérique latine ont ainsi créé, avec la montée en puissance de la gauche, un rapport de forces qui ouvre la voie au retour de Cuba dans des institutions régionales nouvellement créées.

En 1962, Cuba avait été expulsé de l'Organisation des Etats Américains par les Etats Unis avec la complicité de la quasi totalité des pays latino-américains.

Aujourd'hui, le processus d'intégration imaginé par les gouvernements de gauche ne peut pas se faire sans l'incorporation des potentialités offertes par Cuba; ses richesses naturelles, ses apports en matière d'éducation et santé, sa biotechnologie et surtout sans l'autorité politique et morale que sa révolution représente dans le monde.

Le renforcement de l'autonomie politique de la région permet ainsi la contestation de l'hégémonie étatsunienne .

L'hégémonie des Etats Unis est plus que jamais contestée dans la région :contestation de l’attaque du territoire équatorien par la Colombie et du soutien des Etats-Unis, soutien au gouvernement démocratique d'Evo Morales lors de la tentative de coup d'État civil en Bolivie soutenu par les États Unis

Enfin, la volonté des pays latino américains d'accompagner les changements en cours à Cuba et de desserrer le blocus se matérialise par de nombreux faits. Ainsi des centaines d'accords ont été signés entre les différents pays et Cuba .

Avec le Brésil qui ne cache pas son intention de de devenir son premier partenaire commerciale, place occupé jusqu'ici par le Venezuela :

En décembre 2008, lors du voyage du président Lula à La Havane, 10 accords de coopération ont été signés et des investissements ont été proposés dans des secteurs tels que les infrastructures, mines, l'informatique, la santé être les finances, la pêche, l'agro-industrie. Le Brésil veut aider Cuba à créer un parc industriel compétitif.


Avec le Venezuela : principal partenaire commercial (3 milliards de dollars d'échanges sans compter investissements) le Venezuela apporte aussi, dans le cadre de la coopération énergétique, 100 mil B/J de pétrole en échange des services médicaux dispensés par des milliers de médecins cubains.

En 2008, 76 projets pour un coût de $1,3 mds ont été signés, puis en décembre 2008, lors du voyage de Raul Castro à Caracas 311 accord ont été souscrits avec une valeur de $1,5 mds. Ils concernent le développement industriel, la santé, l'éducation, la culture, le sport, les technologies, l'agriculture ainsi que des investissements pour la production de ciment, essentiel pour la reconstruction des zones dévastées par les ouragans de 2008.


Avec l’Argentine : Christine Kirchner fait partie des Chefs d'État qui se sont rendus ces derniers temps à Cuba. Elle aussi a été accompagné de 40 chefs d'entreprise
Avec l'Uruguay : les exportations uruguayennes ont augmenté de 300% celles de Cuba de 68%. des coopérations existent dans le domaine de la santé, ophtalmologie ainsi que des accords commerciaux.

Avec l’Équateur : en janvier 2008 , 9 accords signés : éducation, culture, énergie, sciences et technologies.

Avec le Chili: la visite de Michèle Bachelet est politiquement importante, elle montre un changement de la position prise par Santiago qui s'était associé aux pays qui avaient sanctionné Cuba au sein de la Commission des Droits de l'Homme dans un passé récent.


Avec le Panama : dont la Cour suprême de Justice a annulé la grâce accordée durant le gouvernement précédent au terroriste Posada Carriles, auteur de divers attentats contre Cuba et un de ceux qui avaient planifié un attentat contre le président Fidel Castro lors d'une visite au Panama.

Enfin des pays comme la Colombie, fidèle allié de Washington, ont de bonnes relations avec Cuba. Le Mexique dont le nouveau président, Felipe Calderon a fait le choix de reprendre des relations de respect avec CUBA et a soutenu l'intégration de Cuba au Groupe de Rio.

A l'OEA on évoque de plus en plus la nécessité de faire revenir Cuba dans son sein mais le gouvernement cubain rejette l'offre et préfère plutôt s'associer aux nouvelles dynamiques d'intégration progressiste en cours.

La nouvelle administration des Etats-Unis a déjà pris des décisions qui modifient celles prises par George W. Bush. Les voyages des familles sont facilités et peuvent avoir lieu une fois par an au lieu de une fois tous les trois ans, la durée des séjours, était de 14 jours, est désormais illimitée et les voyageurs pourront dépenser jusqu'à 179 dollars par jour (50 dollars par jours jusqu'ici). Les réglementations concernant l'exportation de médicaments et aliments ont aussi été assouplies.

Mais ces changements sont plus que limités. Hillary Clinton a déjà fait savoir que la levée du blocus n'est pas envisagée par l'Administration Obama.

Les processus politiques en cours dans cette région du monde montrent bien que les Etats Unis auront face à eux un bloc de pays de plus en plus uni politiquement. Changer de politique est aussi prendre en compte cette réalité et renoncer aux tentatives de changer le cours des évènements par des ingérences et violations au droit international, comportements habituels de Washington.

L'affirmation d'une identité latino-américaine, la poursuite de l'intégration régionale, ne peuvent se faire sans Cuba, sans ses potentialités économiques et humaines bridées jusqu'ici par le blocus et le harcèlement politique.

Une relation respectueuse entre les Etats unis et ses voisins ne peut s'imaginer alors que l'un des membres de cette communauté latino-américaine souffre cette politique injuste et anachronique. (lire ci-dessous l’ensemble de l’intervention au format PDF).


Janette Habel a présenté une analyse des défis internes. Elle a relevé d’abord que Cuba vivait dans un environnement mondial en crise mais où pèse encore l’embargo américain.
Les éléments les plus importants pour analyser la situation interne sont les suivants:
-les difficultés économiques importantes ne sont toujours pas surmontées
-la société a acquis depuis la révolution une sensibilité égalitaire qui est aujourd’hui fortement ancrée ; or cette sensibilité a été heurtée par les réformes économiques faites durant la « période spéciale » qui a suivi l’effondrement de l’URSS et qui ont conduit à creuser des inégalités sociales sans qu’aujourd’hui le niveau de vie de 1989 ait été retrouvé et alors que le niveau d’homogénéité sociale a également régressé. Raul Castro a indiqué que des « changements structurels » étaient nécessaires et souligné l’insuffisance des salaires ce qui a suscité beaucoup d’espoir dans la population mais ces changements tardent à se réaliser.
-la fracture générationnelle est très forte: les jeunes de 20 ans n’ont connu que des difficultés matérielles et ils ont des aspirations non satisfaites (voyages, accès à Internet). Il y a de nouvelles exigences de la part d’une société civile émergente d’autant que les vingt ans écoulés depuis la chute de l’URSS et la rupture des échanges avec Moscou ont été très durs.

Il y a un débat dans le pays sur la nature des changements à apporter : faut-il s’en tenir à l’économie de commandement qui manque d’efficacité et qui n’est pas suffisamment productive, avec 55% de terres non cultivées alors que le pays est fertile ? Comment répondre simultanément aux défis politiques : les institutions ont été taillées pour Fidel Castro, des adaptations sont donc nécessaires alors que la génération historique qui a fait la révolution va disparaître. Comment passer de la légitimité révolutionnaire à une légalité institutionnelle ?

Il y a à Cuba de nombreux débats, largement ignorés ici. Dans la perspective du Congrès du Parti communiste cubain qui devrait se tenir à l’automne 2009, des intellectuels, des militants s’interrogent sur les raisons de l’effondrement de l’URSS. On analyse les problèmes du socialisme réel. Il y a de nombreuses discussions d’écrivains et d’artistes depuis le Congrès de l’UNEAC (Union des écrivains et artistes). C’est un débat ouvert. Il y a même eu une « guerre des courriels » pour demander la révision des politiques passées de censure culturelle, qui a débouché sur une synthèse critique qui a été publiée. Ces débats font apparaître des aspirations à plus de démocratie : participation, autogestion, possibilité de discuter et de critiquer. Raul Castro a lui-même appelé au débat mais la révocation sans explication satisfaisante de plusieurs dirigeants comme Carlos Lage (ex-premier ministre de fait) et Felipe Perez Roque (ancien ministre des Affaires Etrangères) ont rappelé les méthodes du passé. Les relations avec l’Amérique latine et notamment les pays amis (Venezuela, Bolivie, Equateur, mais aussi Brésil) et la réponse à apporter aux premiers gestes du président Obama font l’objet de discussions. Des sensibilités différentes s’expriment même si le front anti-impérialiste est maintenu sous l’œil vigilant de Fidel Castro toujours présent.

Quant aux problèmes économiques, on sent que plusieurs voies s’ouvrent entre lesquelles le nouvel exécutif n’a peut-être pas encore tranché : une voie à la vietnamienne ou à la chinoise avec forte ouverture économique sans ouverture politique, une voie qui serait un statu quo un peu aménagé avec des réformes graduelles et une voie empirique privilégiant la libéralisation du petit commerce et le développement des PME ainsi qu’une ouverture démocratique. Il n’y a pas de courants politiques clairement identifiés mais la société cubaine, du moins ses intellectuels et ses responsables politiques, réfléchissent à l’après-Fidel.


(lire aussi l’article de J. Habel dans le Monde diplomatique de janvier 2009 : « Cuba en quête d’un modèle socialiste renouvelé » et sa contribution au numéro exceptionnel de l’ « Humanité consacré à Cuba, 3 avril 2009).


Xavier Declerq, après avoir présenté l’organisation « Oxfam »qui s’attache à favoriser des coopérations équitables, a présenté le bilan de la coopération Union européenne-Cuba et posé la question de l’avenir de cette coopération.

Si de 1990 à 1996, cette coopération a été d’environ 11millions d’euros, une « position commune » sur les relations UE-Cuba, arrêtée en 1996 sous l’influence des Etats-Unis et de JM Aznar, a fait des droits de l’homme le préalable à la coopération d’où la définition d’une politique conditionnelle fondée en quelque sorte sur l’idée du changement par la carotte. C’est l’époque de la loi Helms-Burton votée par la Sénat américain et qui tend à pénaliser les Etats qui ne « respecteraient » pas le blocus imposé à Cuba. Le pays ayant survécu au blocus américain, on a recherché son externalisation par une loi extra-territoriale qui est à peu près sans équivalent dans le droit international. L’UE devait d’ailleurs accepter en 1998 la loi extra-territoriale.

Dans ce contexte, les caractéristiques de la coopération Europe-Cuba sont aujourd’hui :

-une coopération qui repose sur les ONG et non les institutions
-un planning national établi par les autorités cubaines, outil intéressant et très utile qui clarifie les modes et les secteurs d’intervention et montre que la coopération est d’autant plus efficace qu’elle s’adresse à des structures organisées
-un apport local beaucoup plus important que dans d’autres pays (infrastructure, services) et qui représente 80% de l’apport total
-une coopération Sud-Sud de grande ampleur avec plus de 35000 médecins cubains dans différents pays du monde ainsi que de nombreux éducateurs. De plus de nombreux pays d’Amérique latine viennent rechercher des formations sur place. Tout cela a servi à casser l’isolement
-une société civile très organisée et qui sait bien ce qu’elle veut : plans gouvernementaux organisés avec les organisations de masse, comités communaux
-une formation élevée : pas besoin d’envoyer des experts ou des techniciens
-des tentatives de la part des Etats-Unis de travailler le pays de l’intérieur à l’aide d’ONG ou d’églises ; mais l’Etat, informé de ces pratiques, est vigilant et els combat efficacement

On peut noter une tendance à se méfier des ONG (on ne savait pas ce que c’était)

Au total la coopération avec Cuba est une des plus durables alors même que l’UE non seulement n’a pas accru sa coopération mais l’a arrêtée en 2003.
Aujourd’hui, un dialogue s’est engagé en vue de liquider les sanctions, en anticipant sur ce que sera sans doute la politique US. C’est dans ce contexte que le commissaire Louis Michel, favorable au retour à la coopération, appuyé par Zapatero, a engagé des discussions avec Cuba dont le ministre des affaires étrangères s’est rendu fin 2008 à Bruxelles. Il reste en Europe des réticences, notamment chez les pays de l’Est mais aussi les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la Suède. On peut penser que le problème se reposera en 2009 avec les présidences tchèque puis suédoise de l’Union. L’année 2010 devrait offrir des perspectives meilleures avec la présidence belge. (lire aussi les articles et contributions publiés sur le site Gruposur)


Conclusion :
Sami Naïr a d’abord souligné la « nécessité de Cuba ». Sans Cuba, a-t-il-dit, il n’y aurait pas eu Lula ni Chavez. Ce qui n’empêche pas qu’il y ait aussi une relation dialectique entre l’Amérique latine et Cuba avec la question de la transformation, de la réforme des structures à Cuba. La question du passage à la légalité institutionnelle à Cuba ne passe pas par la rupture.

Le symbole de Cuba est celui du sacrifice pour une cause, idée qui chez nous n’a malheureusement plus de vie. Sans l’intervention de l’armée cubaine en Namibie, l’Afrique du Sud de l’apartheid n’aurait pas disparu. Cuba a formé des milliers de combattants du Vietnam ainsi que de nombreux cadres de l’OLP. C’est cette action dont on veut tenter de détruire l’image. De même, cas exemplaire, celui du Che, aujourd’hui victime d’une hostile campagne médiatique.

Derrière tout cela, il y a une véritable volonté d’éradiquer l’expérience cubaine. A Cuba, derrière la révolution socialiste et l’anti-impérialisme, il y a une révolution beaucoup plus profonde et d’ailleurs unique : Cuba est la première nation d’Amérique latine qui pratique une intégration totale de ses citoyens. Ni le Brésil, ni la Bolivie, ni le Venezuela, en dépit d’efforts considérables, n’en ont fait autant. Le premier décret pris par Fidel mettait fin aux « enfants naturels », rendant par là légitimes les créoles et les Noirs. Le peuple cubain n’acceptera pas de revenir sur tout cela. Malgré une guerre de 50 ans, qui a été totale et impitoyable, Cuba perdure. La République est au-dessus des ethnies, des confessions et même des idéologies. C’est ce concept que nous avons formé ici en France que Cuba met en pratique. Nous mesurons l’effort colossal que cette entreprise volontariste demande et c’est pour cela que Cuba a droit à notre admiration et à notre solidarité.

allocution_de_s.pdf Allocution de Son excellence Rogelio Sanchez Lévis, ambassadeur de la République cubaine en France  (46.21 Ko)
intervention_cuba_mrc_17_03_09_oament.pdf Intervention d'Obey Ament, chargé de l’Amérique latine au Parti Communiste français  (127.79 Ko)


Lu 5383 fois


Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaire du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC