Tribune de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, parue sur le site Huffington Post, vendredi 20 janvier 2017.


Le Mondial de handball est invisible pour le grand public, il faut que cela change
Le championnat du monde de handball que nous organisons et espérons bien gagner rentre ce week-end dans les phases finales. Il y a beaucoup de communication autour de cet évènement, le handball fait figure désormais de sport majeur. Du chemin a été fait depuis les premiers succès des "Bronzés" de 1992 suivis des épopées des "Barjots", des "Costauds" et enfin des actuels "Experts". Les résultats sont là, la communication est puissante mais il manque un facteur clef: le public devant sa télévision car malheureusement l'intégralité de ce Mondial de handball est diffusé sur une chaine à péage beIN Sports.

Au mieux, 3 matches sur 76 seront visibles du grand public

Si la France va au bout, 3 matchs sur les 76 du Mondial auront été visibles par le grand public dans le cadre d'un co-diffusion en clair par TF1. La situation n'est pas nouvelle, chaque épopée des Bleus a été diffusée par Canal Plus, relayé à un stade très avancé de la compétition par le service public. Mais à l'occasion de l'organisation par la France de ce championnat du monde de handball, le problème est flagrant. Le cadre rémunérateur de la diffusion sur une chaine privée coupe ce sport du véritable grand public, d'un nouveau public, d'un public occasionnel. Ce public, qu'au football on appelle avec un peu de mépris les Footix, mais qui est indispensable à la popularité d'un sport. Derrière le péage, l'argent rentre mais le handball ne se confronte qu'à un public motivé et connaisseur, déjà abonné à la chaine ou qui se paie un abonnement le temps de la compétition. C'est une erreur stratégique pour le handball et pour la France.

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, vendredi 13 janvier 2017.


La France accueille dimanche 15 septembre la Conférence Internationale pour la Paix au Proche-Orient. C’est une initiative importante que je salue au nom du Mouvement Républicain et Citoyen.

Suite au vote de la résolution parlementaire relative à la reconnaissance l’Etat palestinien en décembre 2014, le Quai d’Orsay a montré plus de volontarisme dans son approche de cette question importante.

La situation sur le terrain est dégradée avec la poursuite de la colonisation. Les Nations Unies viennent à nouveau de condamner la colonisation par un vote important du Conseil de sécurité le 23 décembre, au moment même où Israël fait voter une loi qui légalise des colonies illégales du point de vue du droit international comme du droit israélien.

Il faut sauver la solution à deux Etats. La paix ne sera faite par personne d’autres que les Israéliens et les Palestiniens mais il est de la responsabilité de la « communauté internationale » de faire émerger un cadre de négociation, une dynamique et une pression en faveur de la paix.

Le Proche Orient est à feux et à sang à la faveur de l’effroyable conflit syrien, de la violence du terrorisme djhadiste, de l’écrasement du Yemen et de l’emprise de Daech. Il ne faut pas renoncer à chercher des solutions aux multiples conflits locaux. Le 14 juillet 2015, l’accord de Genève a permis de sortir de la crise du nucléaire iranien. La négociation l’a emporté et le pire a été évité. Pour aider Israéliens et Palestiniens à faire la paix, il faut le même volontarisme.

Le pourrissement, c’est la certitude d’être confronté à encore plus de violence et plus de terrorisme. Un attentat au camion-bélier a encore fait 5 morts la semaine dernière à Jérusalem. Personne ne peut croire que le choix du pourrissement, du rapport de force et du désespoir produira la paix. Personne ne peut croire que la sécurité de tous sera améliorée par un déni de justice pour le peuple palestinien et l’isolement croissant d’Israël.

La passivité coupable des Etats-Unis ne sera pas rachetée par l’abstention aux Nations-Unies ou par le discours de John Kerry. A quelques jours de la prise de fonction de Donald Trump, l’initiative française est d’autant plus importante qu’on est sûr qu’il ne faudra pas compter sur les Etats-Unis au cours des prochaines années.

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, jeudi 12 janvier 2016


Alors qu’en commission les députés avaient enfin voté une priorité à la diffusion en clair des grands évènements sportifs organisés en France, le Gouvernement a fait supprimer cette disposition avec le soutien actif de la droite et du centre.

« Populisme », « démagogie », « utopie » : les défenseurs de l’inaction n’avaient pas de mots assez durs pour décrire un dispositif que l’Angleterre et la Belgique ont déjà mis en place : la priorité à la diffusion en clair. Attaqués par l’UEFA et la FIFA, nos deux voisins ont gagné devant les tribunaux européens.

Il ne s’agit pas d’entretenir l’illusion d’une gratuité de tout mais bien de construire un rapport différent entre le grand public et les évènements sportifs. La diffusion payante constitue un barrage économique et il éloigne le grand public du sport. C’est une logique de spécialisation et de court-terme. Le sport populaire devient une affaire d’experts.

Qui va s’enthousiasmer pour une compétition invisible ? Hier soir, malgré le battage médiatique, le Mondial de handball s’est ouvert dans l’indifférence parce que la diffusion est exclusivement sur BeIn Sport. L’an dernier, les matchs de l’équipe de France de football bénéficiaient quand même de la protection du décret de 2004. Le rôle des pouvoirs publics n’est pas seulement d’accompagner la dérive des grandes fédérations sportives et la privatisation du sport.

Certains utilisent l’argument de la candidature olympique de Paris pour écarter toute évolution de notre législation. C’est un argument très inquiétant. Aujourd’hui, la diffusion en clair des Jeux Olympiques est protégée par la loi de 1986 et le décret de 2010. Certains pensent-ils à offrir au CIO la possibilité d’une diffusion payante des Jeux Olympiques ?

Actualités

I Publié le Jeudi 12 Janvier 2017 par Mouvement Républicain et Citoyen


A télécharger en bas de page au format PDF et à imprimer.


Bulletin d'adhésion MRC 2017 by MRC_France on Scribd



Bulletin à retourner accompagné du chèque à l’ordre de l’AFMRC au :

MRC - 3 avenue de Corbéra - 75012 Paris

Le service adhésions vous confirmera par courrier votre adhésion sous 15 jours.

adhesion_1.pdf adhesion.pdf  (120.53 Ko)

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, mercredi 11 janvier 2016.


L’approche de la fin de la législature conduit logiquement le gouvernement à vouloir boucler certains dossiers. C’est une très mauvaise idée concernant la ratification de l’accord international entre la France et Maurice au sujet de l’ile française de Tromelin dans l’Océan Indien qui est inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale mardi prochain. Le Mouvement Républicain et Citoyen demande au gouvernement de retirer ce projet d’accord.

Finalisé sous Sarkozy, ratifié par le Sénat en décembre 2012, ce texte a été une première fois mis en échec au printemps 2013 par la mobilisation de députés de gauche et de droite, métropolitains et ultramarins réunis.

Depuis 30 ans, l’île Maurice conteste la souveraineté française sur l’ilot de Tromelin qui est vide d’habitants mais commande une zone économique exclusive (ZEE) de 270 455 km2 qui représente 2% de la ZEE française dans le monde. Nos relations avec Maurice sont excellentes et c’est justement entre amis qu’il faut savoir se parler franchement et en finir avec cette fausse piste d’une « coopération » qui masque mal une abdication sur une question de principe.

Par un euphémisme très diplomatique, certains évoquent un « risque d’érosion de souveraineté ». Soyons clairs: la souveraineté ne se partage pas. A Tromelin, soit la France est souveraine, soit Maurice l’est. Tromelin n’a pas été cédée par la France à la Grande-Bretagne en 1814 et ne fait pas donc pas partie de l’ile Maurice indépendante depuis 1968.

L’accord que le gouvernement présente comme technique va affaiblir la position de la France dans l’Océan Indien et marque le début d’un renoncement à la Zone Economique Exclusive. La diplomatie française s’égare depuis 20 ans en faisant miroiter à Maurice une légitimité sur Tromelin. Il est temps de mettre fin à cette errance en rappelant à nos amis mauriciens que Tromelin est un ilot français, découvert par un Français et sur lequel notre pays exerce sa souveraineté depuis le 19ème siècle.

Actualités

I Publié le Jeudi 29 Décembre 2016 par


Question de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, à Bruno Le Roux, ministre de l’intérieur, lors de la séance de questions au gouvernement du 21 décembre 2016.


1 ... « 3 4 5 6 7 8 9 » ... 166
Abonnez-vous à la newsletter


Président du MRC
Ancien député du Val-de-Marne
Président du MRC



Parlementaires du MRC
Député du Nord
Vice-président du MRC
Sénatrice du Pas-de-Calais




Suivez le MRC sur Facebook

Suivez le MRC sur Twitter

Suivez le MRC sur Google+

Faites connaître le MRC